LIRE ET COURIR

Du sport , de la lecture et un peu plus encore…

Photo de Kristina Paukshtite sur Pexels.com

Après ce long beaucoup trop long été,je suis joie bonheur de retrouver la fraicheur, la pluie, ma décoration d’automne, mes gilets, mes pulls, mes bougies…bref je suis le cliché ultime de la fille qui aime l’automne plus que tout.Je compte bien en profiter à deux milles pourcents !! Mes lectures se calquent sur la période, Stephen King est de retour, les séries d’horreur, bref tout est parfait…sauf le sport…

LES LIVRES

LES SÉRIES

House of dragons…OMG cette série est géniale, mais tellement bien, foncez !!!

LES FILMS

VOYAGE :

LE SPORT

Le sujet qui fâche …pourtant tout avait bien commencer…reprise d’une routine yoga, renfo …sauf que la vie a pris le dessus, le temps c’est raréfié drastiquement, la fatigue s’est installée, mais surtout une douleur à l’épaule que je traine depuis quelques temps s’est transformée en une douloureuse tendinite. Donc, pour le moment j’oublie le yoga et le renforcement. Je n’ai pas encore tenté la reprise de la natation faute de temps.La course à pied, il y a du mieux avec la baisse des températures. Wait and See….

BREF…je suis effarée de voir que ce mois de septembre est déjà fini…OMG ça passe beaucoup trop vite, j’ai peur que les mois d’Octobre et Novembre passent encore plus vite !!!!

RÉSUMÉ :

 » Gray Man  » est le nom de code de l’agent de la CIA Court Gentry, alias Sierra Six. Recruté dans une prison fédérale par son officier traitant, Donald Fitzroy, Gentry était autrefois un redoutable tueur à gages à la solde de la CIA. Mais la situation a radicalement changé : Gentry est désormais la cible de Lloyd Hansen, ancien comparse de la CIA, totalement déterminé à le traquer à travers le monde pour l’éliminer. L’agent Dani Miranda le couvre – et il en aura besoin.

MON AVIS :

Le film le plus cher jamais produit par Netflix…ça donne quoi ?

Un casting cinq étoiles: Ryan Gosling , Chris Evans, Ana de Armas, Billy bob Thorthon, Regé Jean Page…Les frères Russo aux commandes …clairement rien à redire là dessus. Mon gros coup de cœur va à Chris Evans…oh surprise, évidement non 😂 . Le rôle de méchant psychopathe lui va à merveille !!! Même avec une moustache !!!

Sinon avec un tel budget, il y a des lieux de tournages sublimes, des cascades incroyables, des effets spéciaux plutôt pas mal, quelques répliques sympas.

Mais comme d’habitude, malheureusement avec Netflix, un scénario proche du zéro absolu, aucune surprise, aucun rebondissement, vous allez vous faire une idée de l’histoire en moins de 5 mn….c’est du vu vu re re vu.L’écriture des personnages est creuse +++ Ana de Armas mérite mieux qu’un second rôle tout pourri de potiche…ceux sont des personnages que vous avez rencontré un millions de fois, vous devinez 5 mn avant leurs décisions, leurs actions…c’est extrêmement cliché .

BREF…UN BON DIVERTISSEMENT …MAIS RIEN DE PLUS…

RÉSUMÉ :

À l’université de Salamanque, un groupe d’étudiants en criminologie découvre l’existence d’un tueur passé sous les radars depuis plusieurs décennies et qui met en scène ses victimes en s’inspirant de tableaux de la Renaissance.

À Madrid, l’enquêtrice Lucia Guerrero trouve son équipier crucifié sur un calvaire et se lance sur les traces de celui que l’on surnomme le  » tueur à la colle « .

Tous vont être confrontés à leur propre passé, à leurs terreurs les plus profondes et à une vérité plus abominable que toutes les légendes et tous les mythes.

Une nouvelle héroïne aussi attachante que coriace… sur la piste de crimes inouïs

Les coulisses inquiétantes d’une des plus vieilles universités d’Europe

Un sommet d’angoisse qui blanchira vos nuits

Maître du thriller, Bernard Minier est l’un des écrivains les plus lus en France. Il est traduit et salué dans le monde entier. Lucia est son dixième roman.

MON AVIS :

Je savais qu’il serait difficile pour moi de passer à l’après Martin Servaz…je sais que ça peut paraitre complétement insensé…mais l’attachement à un personnage ne s’explique pas.

Alors pour ce livre, j’ai tout aimé…sauf Lucia…j’ai pas eu l’accroche, le coup de foudre…j’ai accroché vite fait avec l’histoire de son frère…mais ça s’arrête là.

Après, le thriller en lui même c’est du Bernard Minier, de la dentelle…des vieux cold case, des mises en scènes macabres, des références culturelles à des tableaux, une scène introduction bien marquante, une fin impeccable…Vraiment un super thriller…mais Lucia, pour le moment, j’ai pas trouvé l’accroche avec elle, je dis bien pour le moment, car clairement la fin invite à une suite sur son histoire.

BREF…LUCIA EST UN TRÈS BON THRILLER,MAIS MOI PERSO JE FAIS UNE OVER DOSE DES SUPER HEROÏNE BAD ASS…

RÉSUMÉ :

L’inspecteur Patrik Hedström est sur les dents. Il voudrait participer davantage aux préparatifs de son mariage avec Erica Falck, mais il n’a pas une minute à lui. La ville de Tanumshede s’apprête à accueillir une émission de téléréalité et ses participants avides de célébrité : tout le commissariat est mobilisé pour éviter les débordements de ces jeunes incontrôlables. Dans ce contexte agité, Hanna Kruse, la nouvelle recrue, ne sera pas de trop. D’autant qu’une femme vient d’être retrouvée morte au volant de sa voiture, avec une alcoolémie hors du commun. La scène du carnage rappelle à Patrik un accident similaire intervenu des années auparavant. Tragique redite d’un fait divers banal ou macabre mise en scène ? Un sombre pressentiment s’empare de l’inspecteur. Très vite, alors que tout le pays a les yeux braqués sur la petite ville, la situation s’emballe. L’émission de téléréalité dérape tandis que les cadavres se multiplient… Camilla Läckberg tisse avec brio l’écheveau d’une intrigue palpitante au dénouement saisissant.

MON AVIS :

Je continue de vous faire découvrir ma saga nordique préféré, les aventures de Erika Falck. Même si chaque enquête est indépendante, l’histoire des personnages principaux se suit tout au long des 10 tomes, donc je vous conseille vivement de les lire dans l’ordre.Il est très difficile de faire des critiques sans spoils également donc je pars du principe que vous les avez lus dans l’ordre.

Tome 1 : LA PRINCESSE DES GLACES

Tome 2 : LE PRÉDICATEUR

Tome 3 : LE TAILLEUR DE PIERRE

Le premier tome qui n’est pas construit sur un réel jeu de passé / présent …du coup, il passe un peu moins bien que les autres. Car oui, ce que j’aime particulièrement dans les livres de Camilla Lackberg c’est de comprendre comment le passé est lié au présent . Même si chaque partie commence par un bref passage sur un récit d’enfant, cette fameuse construction m’a cruellement manqué.

Dans ce tome, Camilla a voulu trop en mettre, trop d’intrigues dans un livre…il y a l’enquête qui mêle meurtres et téléréalité, saupoudrée d’homophobie …une histoire à mon sens …trop ….trop énorme ….trop invraisemblable…Puis il y a la petite déception, le tome précédent fini sur un événement marquant et vraiment important, il y avait matière à développer ce sujet au combien important…eh non il est vite évoqué en deux lignes…on passe à autre chose…déception . Elle a préféré parler du mariage d’Erika…essayage de la robe de mariée…avec Anna …mais c’est tellement en décalage avec ce fameux rebondissement que ça ne colle pas. Et on rajoute également une histoire d’amour pour Melberg…

C’est très brouillon par rapport aux autres tomes.

BREF…IL EST LOIN D’ ÊTRE MON PRÉFÉRÉ …IL EST VRAIMENT UN NIVEAU EN DESSOUS DES 3 PREMIERS TOMES

RÉSUMÉ :

L’histoire de la famille Targaryen, près de 200 ans avant les événements de « Game Of Thrones ». Alors que le Roi Viserys règne sur Westeros, la question de sa succession inquiète. Sans progéniture mâle, qui prendra sa suite ? Avec pas moins de 10 dragons adultes sous leur contrôle, les Targaryen dominent le Royaume des Sept Couronnes depuis fort longtemps. La seule puissance capable de les renverser est la Maison Targaryen elle-même. Les tensions, trahisons et jalousies qui secouent le clan en interne leur seront-elles fatales ?

D’après le roman « Fire & Blood » de George R.R. Martin.

MON AVIS :

Il a suffit de quelques minutes de ce prequel pour retomber amoureuse de cet univers.

C’est quoi un prequel ?

C’est un film, roman, etc., dont la réalisation est postérieure à une œuvre de référence mais qui, à l’inverse de la suite, évoque des faits antérieurs à cette œuvre.

Donc vous allez retrouver les grandes villes de Westeros, les grandes familles des sept royaumes. Vous n’êtes pas en terre inconnue. Les décors sont les mêmes, plus travaillé avec plus de détails, il suffit donc de faire connaissance avec les nouveaux personnages, en particulier avec la famille des Targaryen .

House of the dragon, c’est comme Game of thrones, une guerre de succession pour le trône de fer . Malgré un synopsis assez similaire, j’ai adhéré tout de suite à l’histoire avec des personnages tellement charismatique :

Rhaenyra, la princesse héritière du trône de fer
Daemon son oncle , qui n’apprécie pas de passer dans la ligne de succession après une femme.

Et tellement d’autres encore que j’ai adoré découvrir .On retrouve aussi les dragons, toujours aussi majestueux .

Vous allez aussi retrouver la musique, toujours aussi envoutante…le fameux générique a été adapté. Ramin Djawadi est de nouveau exceptionnel, incroyable, il transcende la série .

Vous allez renouer avec cet univers sombre, glauque, sale.

On ne peut que faire la comparaison avec les anneaux de pouvoirs qui sont diffusés simultanément sur prime. House of the dragon, c’est plus adulte, plus sale, plus trash. Et ce coté plus réaliste, renforce l’adhésion à cette nouvelle histoire qui nous est proposée.

BREF…ICI JE VOUS PARLES QUE DES PREMIERS ÉPISODES (4), J’AVAIS OUBLIÉ À QUEL POINT CET UNIVERS M’AVAIT MANQUÉ.

RÉSUMÉ :

Commençant à une époque de paix relative, la série suit un ensemble de personnages, à la fois familiers et nouveaux, alors qu’ils affrontent la réémergence tant redoutée du mal sur la Terre du Milieu. Des profondeurs les plus sombres des Monts Brumeux, aux forêts majestueuses de la capitale Elfique de Lindon, à l’île royaume à couper le souffle de Númenor, et jusqu’aux confins les plus éloignés du monde, ces royaumes et personnages bâtiront des légendes qui continueront d’exister bien longtemps après leur mort.

L’intrigue se déroule plusieurs milliers d’années avant les événements des livres J.R.R. Tolkien « Le Hobbit » et « Le Seigneur des Anneaux ».

MON AVIS :

Petit avertissement, puisque c’est un sujet sensible…je ne suis pas une experte dans le domaine de la terre du milieu, je n’ai pas lu tout Tolkien, je n’ai pas un master sur l’œuvre de Tolkien. Je suis simplement une amoureuse des films, ils ont une grande importance dans l’univers de notre famille, nous les avons vu, vu vu et revu…

Les trois premiers épisodes :

Donc, j’ai regardé les premiers épisodes de cette série en « amatrice », je me suis juste laissée porter par la magie de cet univers.

Et comment ne pas s’émerveiller devant tant de beauté ? Ok le budget est pharaonique, mais vraiment ça en valait la peine, mon seul regret c’est de ne pas la voir sur grand écran. C’est certes très contemplatif , les premiers épisodes prennent leur temps pour poser les personnages, pour poser l’histoire, que moi perso je ne connais pas. Je n’ai pas lu le Silmarillion.Et si j’ai bien tout suivi prime n’a pas les droits d’adaptation de c e livre, donc les anneaux de pouvoir est donc de ce fait une fan fiction.

Je retrouve l’univers des films avec des personnages connus, des paysages connus ( toujours aussi extraordinaire , la musique n’a pas le niveau de celle des films (ça va être très difficile de faire aussi bien).

Le casting, le sujet qui fâche et encore …qui fâchent …fuck les rageux…oui il y a de la diversité, oui il y a plus de personnages féminins que dans les films…bienvenue en 2022 les retardés !!! Moi le casting, je le trouve très bien, j’ai hâte de mieux découvrir les personnages et leurs histoires.

Les deux premiers épisodes m’ont donné envie de revoir les films, j’ai adoré retrouvé cet univers, c’est la déconnexion assurée .

L’histoire est certes un peu lente à démarrer, les enjeux ne ressortent pas encore vraiment.

BREF…J’ATTENDS LA SUITE AVEC IMPATIENCE

Cette année TOMABOOKS a prévu de reconduire son challenge : l’ automne du king . J’ai tellement apprécié ce challenge les années précédentes que je ne résiste pas à recommencer cette année.

Lire du Stephen King pendant l’automne…quoi de mieux ? Il n’y a pas de saison pour apprécier l’ œuvre du maitre mais l’automne apporte ce petit plus, la cerise sur le gâteau .

Cette année, je suis décidée à être organisée !!!

Donc j’ai fait le point sur les livres de King que j’avais lu, ceux que j’avais chroniqué sur le blog, ceux que j’avais lu il y a longtemps et non sur le blog et ceux que je n’avais pas encore lu…

Donc cette année, je me suis mis comme objectif :

-Billy Summers, le petit dernier, vu qu’il sort le jour de l’automne, c’est un signe.
-une relecture de ÇA : 2 tomes
-une relecture de dôme : 2 tomes
-un recueil de nouvelles que je n’ai pas encore lu : le bazar des mauvais rêves

Ça fait 6 livres, je n’exclue pas si mon rythme de lecture est bon, de me rajouter quelques relectures de classique comme Carrie ou Jessie.

Mon but ultime étant de chronique sur ce blog l maximum de livre de King et de les relire jusqu’à la fin de ma vie …encore et encore…

Et vous ? L’automne du King ? J’ai hâte de voir les sélections de cette année des participants.

BREF…BON FRISSONS À TOUS

RÉSUMÉ :

Trente ans ont passé depuis que Greta a quitté Marchmont Hall, une magnifique demeure nichée dans les collines du Monmouthshire.

Lorsqu’elle y retourne pour Noël, sur l’invitation de son vieil ami David Marchmont, elle n’a aucun souvenir de la maison le résultat de l’accident tragique qui a effacé de sa mémoire plus de vingt ans de sa vie.

Mais durant une promenade dans le parc enneigé, elle trébuche sur une tombe. L’inscription érodée lui indique qu’un petit garçon est enterré là. Cette découverte bouleversante allume une lumière dans les souvenirs de Greta, et va entraîner des réminiscences.

Avec l’aide de David, elle commence à reconstruire non seulement sa propre histoire, mais aussi celle de sa fille, Cheska…

« Une fantastique conteuse.» Katherine Webb

MON AVIS :

Comme l’année dernière, j’ai décidé de passer l’été avec Lucinda Riley, en attendant la fin de sa saga des sept sœurs, je me suis lancée dans un ses one shot.

Du moment, où l’histoire se passe dans une magnifique demeure anglaise…moi tout me va !! Lucinda Riley nous raconte une saga familiale un peu particulière car cette famille, ne repose pas uniquement sur les liens du sang, mais sur beaucoup d’amour et des non dits. Elle reprend le thème de la transmission des traumatisme des adultes à leur enfants. Elle aborde aussi un sujet que l’on trouve peu dans ce type de livre : la maladie mentale ….la maladie mentale dans les années 60, donc perçue encore comme maladie honteuse, maladie à cacher et à camoufler. Elle aborde aussi le sort des filles/mères après la guerre et le peu d’option qui s’offraient à elles à l’époque…forcément ce type de sujet fait froid dans le dos quand il résonne avec notre actualité.

Si je devais faire « une comparaison » avec la reine dans ce domaine : Kate Morton, Lucinda Riley va plus loin dans les clichés et les invraisemblances, et parfois, ça me fait lever les yeux au ciel, mais elle a le don de les intégrer à son histoire et malgré tout ça passe.

J’ai bien aimé le contexte historique, de l’après guerre au milieu des années 80, les références aux enfants stars de l’époque et leur surmédiatisation.

En soi, l’histoire n’est pas d’une originalité folle, mais j’ai vraiment passé un bon moment, et le style de Lucinda Riley est toujours aussi addictif.

BREF…SI VOUS AVEZ ENVIE DE LIRE UNE SAGA FAMILIALE, LUCINDA RILEY EST ET RESTERA UNE CONTEUSE FANTASTIQUE …désolée je n’arrive pas à l’évoquer au passé…

RÉSUMÉ :

Un pêcheur de Fjällbacka retrouve dans son casier à homards le corps d’une petite fille noyée. Bientôt on constate que Sara, sept ans, a de l’eau douce savonneuse dans les poumons. Quelqu’un l’a donc tuée avant de la jeter à la mer. Mais qui peut vouloir du mal à une enfant ? Alors qu’Erica vient de mettre leur bébé au monde, Patrik Hedström, bouleversé par son nouveau rôle de père, mène l’enquête sur cette horrible affaire. Car sous ses apparences tranquilles, Fjällbacka dissimule de sordides relations humaines querelles de voisinage, conflits familiaux, pratiques pédophiles dont les origines remontent aux années 1920. Quant aux coupables, ils pourraient même avoir quitté la ville depuis longtemps, sans avoir jamais cessé de la haïr.

MON AVIS :

Je continue de vous faire découvrir ma saga nordique préféré, les aventures de Erika Falck. Même si chaque enquête est indépendante, l’histoire des personnages principaux se suit tout au long des 10 tomes, donc je vous conseille vivement de les lire dans l’ordre.Il est très difficile de faire des critiques sans spoils également donc je pars du principe que vous les avez lus dans l’ordre.

Tome 1 : LA PRINCESSE DES GLACES

Tome 2 : LE PREDICATEUR

Mon tome coup de cœur, j’avais oublié à quel point il était sombre !! L’histoire commence avec la découverte d’un cadavre d’enfant…puis vous n’allez jamais reprendre votre souffle et vous allez enchainer avec :

  • multiples meurtres d’enfants
  • réseau de pédophilie
  • suicide
  • dépression post partum
  • maltraitance d’enfants psychologique et physique
  • violences conjugales
  • extrémisme religieux
  • troubles psy chez l’enfant

Avec ce tome, pas de temps mort, une parfaite construction entre le passé et le présent. Camilla ne ménage pas ses personnages autant les principaux que l’on retrouve à travers la saga. Je pense que la situation d’Erika va parler à beaucoup d’entre nous. Les personnages de l’enquête de ce tome …c’est carrément de la maltraitance de personnages…la pauvre Charlotte, j’ai rarement vu un personnage de livre autant malmenée.

BREF…CE TOME RESTE POUR MOI UNE MASTERCLASS DE CAMILLA LÄCKBERG

RÉSUMÉ :

Adapté sur Netflix. Très chers lecteurs, quelle saison ! Au rythme des bals et des réceptions, je vous ai narré le feuilleton haletant de la folle romance entre Mlle Daphné Bridgerton et Simon, le ténébreux duc de Hastings. Valses langoureuses, rebondissements cocasses et bagarres mémorables nous auront tenus en haleine jusqu’à l’épilogue d’un romantisme échevelé. Aurons-nous le temps de reprendre notre souffle ? Il est à craindre que non, car il se chuchote déjà dans Londres qu’Anthony, le frère de Daphné, serait décidé à convoler lui aussi. Hélas, l’élue a une soeur odieuse qui s’oppose catégoriquement à cette union en raison du passé libertin du vicomte. Cela nous promet bien des péripéties. Et comme il reste six Bridgerton à marier, votre dévouée chroniqueuse a de beaux jours devant elle. Ne perdez pas le fil, chers lecteurs, la saga ne fait que commencer ! Rubrique mondaine de lady Whistledown, Londres, 1813

MON AVIS :

Cet été, je me suis dit, je tente cette fameuse saga, j’aime bien la série, je devrais aimé les livres….

Pour ce premier tome c’est pas gagné…forcément, j’ai passé mon temps à comparer avec la série… et contrairement à la série, un tome parle quasi exclusivement que d’un seul des personnage de famille Bridgerton. Moi qui adore Eloïse, ici on en parle très peu, on parle peu également de Pénélope…UN PERSONNAGE , UN LIVRE…

Les livres sont beaucoup plus consensuels que la série, moins inclusifs, les histoires sont sensiblement les mêmes.Pour Anthony, j’ai préféré l’intrigue de la série que celle du livre, celle du livre, je l’ai vraiment trouvé ..gnangnansans réel enjeu autre que le coté amoureux…la série développe plus le poids des responsabilité du sacrifice en tant qu’ainé d’une famille.

Dans les livres, le rôle de Lady Whistledown est très très anecdotique …

Comme je l’ai dit dans mes retours sur la série, j’aime surtout l’esthétisme, le visuel et la musique …forcément dans les livres, pas de musique, mais pas de description du faste des bals et des demeures anglaises.

BREF…JE NE SUIS PAS CONVAINCUE PAR CES DEUX PREMIERS TOMES,SI J’AI LE TEMPS JE TESTERAI LE TOME 3 ET POUR UNE FOIS JE RECOMMANDE PLUTÔT LA SÉRIE .

Petit update…je n’ai pas trouvé la foi de continuer la lecture des livres