LIRE ET COURIR

Du sport , de la lecture et un peu plus encore…

RÉSUMÉ :

Une anthologie sur la thématique de l’horreur créée par Guillermo del Toro, dont chaque épisode sera signé par un réalisateur différent.

MON AVIS :

Guillermo del Toro…plusieurs histoires, plusieurs thèmes, plusieurs réalisateurs…rien que le titre : le cabinet de curiosités, j’adore !!! Un petit air de creepshow ( ceux des années 90). Je vais faire un retour épisode par épisode.

LE LOT 36

Peu connu en France, les box de stockage…pour faire de la place chez soi, pour cacher des choses? en attendant un déménagement…bref vous avez des centaines de bonnes raisons d’avoir un box. Mais quand vous ne payez pas la location ou quand son propriétaire décède et qu’il n’y a pas d’héritiers, ces box sont mis au enchères. Un acheteur, endetté espère se refaire la main avec cet achat de box…évidement le contenu du box est …atypique et va réserver de mauvaises surprise à son nouveau propriétaire.

c’est simple, court et efficace, l’épisode que j’ai préféré.

RATS DES CIMETIÈRES

Un voleur de tombes se retrouve pris au piège…si vous êtes un peu claustrophobe…que vous avez un problème avec les rongeurs type rats…vous allez vous faire de belles frayeurs avec cet épisode.

L’AUTOPSIE

Un légiste pour une compagnie d’assurance doit pratiquer une série d’autopsie suite à de multiples décès mystérieux dans une mine.

Tout est dit dans le titre…vous allez être au cœur d’une autopsie…glauque à souhait.

LA PRISON DES APPARENCES

Je regarde cette série après le repas du soir…mauvaise idée…un épisode sur la tyrannie des apparences et les crèmes miracles. La satire se mélange au gore dans un résultat assez étonnant.L’actrice principale est juste géniale. L’épisode est un peu long, il aurait mérité d’être un peu raccourci, mais percutant comme à chaque fois.

LE MODÈLE

Toujours très beau, très esthétique…flippant, mais sincèrement, j’ai pas compris tous les tenants et les aboutissants de cette histoire. Une scène finale bien, bien bien gore…cauchemars assurés. C’est une adaptation d’une nouvelle de HP Lovecraft, on reconnait l’esthétisme de son univers.

CAUCHEMARS DE PASSAGE

Walter assiste au décès de sa sœur jumelle, il voit son âme partir dans une étrange et inquiétante forêt. Toute sa vie d’adulte, il la passera à chercher un médium qui pourra l’aider à trouver un passage….et il finira pas trouver. Toujours très beau très esthétique, très creepy . C’est également une adaptation d’une nouvelle de HP Lovecraft.

L’EXPOSITION

Alors là, j’ai pas compris, j’ai pas aimé…j’ai rien aimé de cet épisode, ni l’esthétisme …rien…

MURMURATION

Dans les années 50,deux ornithologues partent sur une ile afin de continuer leurs études sur le comportement des oiseaux et aussi réparer leur couple suite à un drame. C’est une histoire assez classique de maison hantée ou pas …est-ce des fantômes? Est-ce des hallucinations suite à une dépression sévère ? C’est très beau, très esthétique …mais un peu long et sans surprise.

BREF…LA BASE DE CETTE SÉRIE C’EST L’ESTHÉTISME …LA QUALITÉ DE L’IMAGE, TOUT EST TRÈS BEAU, C’EST EXTRÊMEMENT BIEN RÉALISÉ…MAIS PARFOIS UN PEU LONG.

Photo de Vlada Karpovich sur Pexels.com

Un mois de Novembre encore plein de surprises…revenue d’un sublime voyage…avec ce fameux virus…donc clairement, on ne va pas parler de sport ce mois ci 😂!! Par contre des très bonnes lectures, beaucoup de cocooning. Maintenant place à l’hiver, au sapin, aux guirlandes lumineuses, aux plats à base de fromage fondu…bref c’est le moment de se faire plaisir.

LES LIVRES :

LES SÉRIES :

LES FILMS :

LES VOYAGES :

BREF…PLACE À NOËL …ET SA MAGIE

RÉSUMÉ :

Un suspense dans la lignée des romans de Ruth Ware ( La Disparue de la cabine n°10) et Michelle Frances ( La Petite amie).

Quatre clients. Un chalet de luxe. Le crime parfait…

1998. Deux frères, Will et Adam, emmènent leurs petites amies dans une station de ski huppée des Alpes. Un jour, au retour d’une longue descente hors-piste, l’un d’eux manque à l’appel…


2020. Deux couples ont loué dans la même station un chalet de luxe. Quatre personnes liées, d’une façon ou d’une autre, au drame du passé. Dans l’ombre, quelqu’un connaît la vérité. Et attend son heure pour frapper…


Dans ces montagnes battues par la tempête, jamais  » cold case  » n’aura aussi bien porté son nom…

MON AVIS :

Pour moi, ce livre présente le cadre parfait pour un thriller…vu que je déteste les sports d’hiver, le concept est juste terrifiant pour moi,donc les sports d’hiver + un cold case = combo gagnant. Le premier chapitre m’a donné une crise d’angoisse incroyable, descendre en hors piste sans visibilité…j’y été sur cette piste,j’ai trouvé le texte très immersif, .

j’ai beaucoup apprécié cette lecture, si vous êtes à la recherche d’un thriller soft ( non sanglant, non gore, mais pas non plus cosy mystery ), plus ou moins en huis clos ( un chalet en pleine tempête de neige) , où vous allez déjà vous creuser la tête pour faire le lien entre le passé et le présent, puis suspecter tous les personnages d’être cette ombre qui attend son heure pour frapper.C’est bien écrit, par moment, j’ai pu me demander mais où cette autrice m’emmène-t-elle ? Mais pas d’inquiétude, tout se regroupe, tout s’imbrique pour une parfait cohérence finale. Elle nous mets pas mal de fausses pistes, j’adore ça !!!

Petit plus, à mettre entre guillemets » : j’ai beaucoup aimé l’arme du crime du dernier meurtre .

C’est typiquement, le type de thriller que vous pouvez offrir facilement et va plaire au plus grand nombre.

BREF…UN THRILLER PARFAIT POUR CET HIVER

Merci Netgalley et les éditions l’Archipel pour cette lecture

RÉSUMÉ :

Nathan Drake, voleur astucieux et intrépide, est recruté par le chasseur de trésors chevronné Victor « Sully » Sullivan pour retrouver la fortune de Ferdinand Magellan, disparue il y a 500 ans. Ce qui ressemble d’abord à un simple casse devient finalement une course effrénée autour du globe pour s’emparer du trésor avant l’impitoyable Moncada, qui est persuadé que sa famille est l’héritière légitime de cette fortune. Si Nathan et Sully réussissent à déchiffrer les indices et résoudre l’un des plus anciens mystères du monde, ils pourraient rafler la somme de 5 milliards de dollars et peut-être même retrouver le frère de Nathan, disparu depuis longtemps… mais encore faudrait-il qu’ils apprennent à travailler ensemble.

MON AVIS :

Au moment où j’écris ces lignes, nous sommes encore en plein débat sur la crise de la fréquentation du cinéma, vous allez me dire c’est quoi le rapport ? C’est que si j’avais du payer 10 euros pour voir ce film…ça m’aurait fait mal …

Dans la famille je ne suis pas la pro du jeux vidéo Uncharted, c’est Mr…et il a clairement pas adhéré.

Donc moi je l’ai vu en tant que novice qui ne connais pas la franchise…c’est un film vu, vu ,vu et revu et si simplement vous regardez la bande annonce vous avez vu le meilleur du film et vous pouvez saisir toute l’intrigue.

Les effets spéciaux sont…vraiment bof, limite on devine le fond vert….

Ok il y a les abdos de Tom Holland…le pauvre son corps ne suit pas avec sa tête, il est beaucoup trop jeune pour ce rôle.

BREF…JE NE COURRAIS PAS AU CINÉMA SI IL Y A UNE SUITE

RÉSUMÉ :

Ils l’ont surnommé Charon, le passeur des morts. De son mode opératoire, on ignore tout, sauf sa signature, singulière : une tête d’oiseau. Il n’a jamais été arrêté, jamais identifié, malgré le nombre considérable de victimes qu’il a laissées derrière lui. Jusqu’à ce que ses crimes resurgissent du passé, dans les profondeurs d’une mine abandonnée…

Plongez avec Ludivine Vancker dans le Département des Sciences du Comportement, les profilers, jusque dans l’âme d’un monstre.

MON AVIS :

J’ai attendu avant de me ruer dessus à sa sortie, j’ai attendu les premiers retours des blogueurs et j’ai fini par arrêter de lutter…

Pour contextualiser, j’ai adoré Maxime Chattam, il y a 20 ans avec la trilogie du mal, j’ai lu tous ses livres, sauf la saga autre monde. J’ai jamais eu le coup de cœur pour sa série avec Ludivine Vancker, et j’ai franchement pas aimé l’appel du néant. Donc je partais avec quelques appréhensions…

Alors oui, il est vraiment très bon, c’est un très bon Maxime Chattam, très bien écrit, très bien construit, très prenant…la valeur sure dans ce que l’auteur fait de mieux, il maitrise son sujet, c’est fluide, addictif, vraiment rien à redire.Je ne vais pas écrire ce que vous avez déjà lu sur tous les blogs thriller….ils ont amplement raison.

Mais …un petit mais …je n’ai pas été surprise, je n’ai fait de : « waouh, ah oui quand même », vous voyez quand un auteur vous balade le long d’un roman et vous balance la vérité à la fin de l’histoire . Est-ce la malédiction quand on a passé ces 20 dernières années à lire du thriller ? Peut être ?

J’ai dévoré ce livre en deux jours, il est très bon mais sans surprise.

BREF…JE FINIS TOUJOURS PAR ACHETER LE DERNIER MAXIME CHATTAM

RÉSUMÉ :

« Impossible de résister au charme de Judith Potts, accro aux mots croisés et au whisky. Succulent ! »

ELLE

Existe-t-il plus délicieusement anglaise et excentrique que Judith Potts, femme libérée de 77 ans et adepte de baignades nue dans la Tamise ? Sous ses airs de vieille dame respectable, Judith se retrouve régulièrement mêlée aux intrigues surprenantes de son petit village de Marlow.

Lorsque Peter Bailey, un des héritiers les plus riches de la ville, est retrouvé mort écrasé sous une armoire la veille de son mariage, tout le monde pense à un terrible – et ridicule – accident…Tout le monde, sauf Judith et ses deux amies, Becks et Suzie : pour elles, pas de doute, c’est un meurtre…

Robert Thorogood est le créateur de la série à succès, Meurtres au paradis, suivie en France par cinq millions de spectateurs. Mort compte triple, la première enquête des Dames de Marlow, a été l’un des romans de cosy mystery les plus vendus en France en 2021.

Traduit de l’anglais par Sophie Brissaud

MON AVIS :

Après plusieurs lectures un peu dures, glauques…j’ai eu envie de quelques choses de réconfortant, sans pour autant lire du feelgood, et heureusement les cosy mystery existent !! Et le hasard, m’a amené à lire la quatrième de couverture de ce livre et comment vous dire que j’ai eu une furieuse envie de découvrir le personnage de Judith…77 ans qui se baigne nue dans la tamise.

Gros coup de cœur pour moi !!! Un vrai vent de fraicheur, avec ce trio…qui est un peu dingue mais aussi so british. Elles ne manquent pas de culot ces trois là !! Vraiment j’ai passé un vrai bon moment de lecture, j’ai deviné qui était derrière ce meurtre mais j’avoue que le comment…et un moment aussi le pourquoi, je n’aurais pas deviné. L’auteur m’a bien baladé. Le tout dans un village anglais so typique …avec son pub, ses nobles, vraiment très immersif.

Certes c’est un tome 2, mais cela ne gène en rien la lecture. Le tome un est est déjà dans ma pile à lire, c’est une saga que je vais prendre plaisir à lire. Surtout qu’un mystère reste en suspens sur le personnage de Judith.

BREF…NE JAMAIS NÉGLIGEZ LE POUVOIR D’UN BON COSY MYSTERY

MERCI NETGALLEY ET LES EDITIONS DE LA MARTINIERE

RÉSUMÉ :

Deux années à arpenter les rues en tant que Batman et à insuffler la peur chez les criminels ont mené Bruce Wayne au coeur des ténèbres de Gotham City. Avec seulement quelques alliés de confiance – Alfred Pennyworth, le lieutenant James Gordon – parmi le réseau corrompu de fonctionnaires et de personnalités de la ville, le justicier solitaire s’est imposé comme la seule incarnation de la vengeance parmi ses concitoyens. Lorsqu’un tueur s’en prend à l’élite de Gotham par une série de machinations sadiques, une piste d’indices cryptiques envoie le plus grand détective du monde sur une enquête dans la pègre, où il rencontre des personnages tels que Selina Kyle, alias Catwoman, Oswald Cobblepot, alias le Pingouin, Carmine Falcone et Edward Nashton, alias l’Homme-Mystère. Alors que les preuves s’accumulent et que l’ampleur des plans du coupable devient clair, Batman doit forger de nouvelles relations, démasquer le coupable et rétablir un semblant de justice au milieu de l’abus de pouvoir et de corruption sévissant à Gotham City depuis longtemps.

MON AVIS :

Vu en VOD

Je suis mitigée…pour poser le contexte, j’adore Batman depuis toute petite, je suis une grosse fan des Batman de mon enfance, ceux de Tim Burton, ne cherchez pas à me convaincre : y a rien au dessus. J’aime bien la version de Christopher Nolan. Les autres surtout avec George Clooney vaut mieux les bruler. Et j’adore la série Gotham.Bref…j’adore l’univers de Batman.

Ce que je n’ai pas aimé dans cette proposition, c’est cette Version de Bruce Wayne, pour moi, Bruce Wayne est quelqu’un de généreux, très philanthrope et là on nous propose une version de Bruce qui ne fait rien pour aider la ville de Gotham…ça n’a pas de sens. Plus futile, mais on est bien d’accord que Bruce Wayne a toujours été très classe…c’est quoi cette version de lui en mode « grunge à cheveux sales »? Pour la version Batman du personnage, ça va …Alfred est trop peu présent pour moi.

Les adaptations de Batman sont connus pour leurs musiques et là…une reprise de Nirvana (excellente) diffusée une fois au début, une fois à la fin…et c’est tout…

J’ai toujours aimé le coté spectacle des méchants dans Batman, cette folie qui transpire dans leurs habillements, leur façon d’être, le coté too much…bah là …c’est encore une version très sombre mais sans cette petite touche . Mon exemple ultime c’est le Joker de Jack Nicholson, pour moi un méchant de Batman c’est exactement ça.

L’histoire est bien, j’ai même été étonnée de voir que les 2h45 de film sont passés assez vite….mais c’est pas ma vision de Batman et encore moins celle de Bruce Wayne. Robert Pattinson est très bien, très convaincant, il fait le job.Zoé Kravitz est également très bien, mais elle n’arrive pas à la cheville de Michelle Pfeiffer, le personnage de catwoman n’a pas ce coté fantastique de celui des années 80.

BREF…C’EST PAS MA VISION DE BATMAN

RÉSUMÉ :

Une petite fille de quatre ans est retrouvée assassinée dans la forêt, sous un tronc d’arbre. Fait troublant : la fillette gisait à l’endroit où, trente ans plus tôt, avait été découvert le corps sans vie de Stella, une enfant du même âge qui habitait la même ferme que la défunte. À l’époque, deux adolescentes, Marie et Helen, avaient été condamnées pour le meurtre. Désormais mariée à un militaire autoritaire et psychopathe, Helen mène une vie recluse, non loin de la ferme, dans l’ombre des crimes passés. La belle Marie, quant à elle, est devenue une star du cinéma à Hollywood ; pour la première fois depuis la tragédie, elle revient à Fjällbacka pour un tournage. Cette coïncidence et les similitudes entre les deux affaires sont trop importantes pour que Patrik Hedström et son équipe puissent les ignorer…

De son côté, Erica Falck écrit un livre sur l’affaire Stella. Une découverte la trouble : juste avant son suicide, le policier responsable de l’enquête à l’époque s’était mis à douter de la culpabilité des deux adolescentes. Pourquoi?

MON AVIS :

Je continue de vous faire découvrir ma saga nordique préféré, les aventures de Erika Falck. Même si chaque enquête est indépendante, l’histoire des personnages principaux se suit tout au long des 10 tomes, donc je vous conseille vivement de les lire dans l’ordre.Il est très difficile de faire des critiques sans spoils également donc je pars du principe que vous les avez lus dans l’ordre.

Tome 1 : LA PRINCESSE DES GLACES

Tome 2 : LE PRÉDICATEUR

Tome 3 : LE TAILLEUR DE PIERRE

Tome 4 : L’OISEAU DE MAUVAISE AUGURE

Tome 5 : L’ENFANT ALLEMAND

Tome 6 : LA SIRÈNE

Tome 7 : LE GARDIEN DE PHARE

Tome 8 : LA FAISEUSE D’ANGES

Tome 9 : LE DOMPTEUR DE LIONS

MON AVIS :

Cammilla Lacberg revient sur ses fondamentaux, un récit au passé ( passionnant sur la chasse aux sorcières) et un récit au présent comprenant des problématiques actuelles, ici les réseaux sociaux, les adolescents et les réfugiés syriens.

Schéma classique pour cette autrice, mais la recette fonctionne bien alors pourquoi pas remettre ça ? Le problème finalement c’est quand on les lit à la suite il y a une espèce de répétitions surtout sur la vie perso des personnages principaux qui devient un peu rengaine. Les sujets sociaux dans un thriller ok pas de problème…deux ? Ça fait peut être un peu beaucoup pour un seul et même livre en plus l’intrigue principale et du récit au passé.

Voilà, je suis à jour de cette relecture, le tome 11 est sorti en suède, j’ attends patiemment sa traduction en français, comment elle va reprendre la suite de son histoire…un saut dans le temps ( ce que j’espère) ou une suite directe? 6 ans après la sorcière, que sont devenus nos personnages principaux ? Sont ils toujours vivants ? Les couples ont il survécu ?

BREF… TOME 11 JE T’ATTENDS AVEC IMPATIENCE

RÉSUMÉ :

Enfants, dans leur petite ville de Derry, Ben, Eddie, Richie et la petite bande du « Club des ratés », comme ils se désignaient, ont été confrontés à l’horreur absolue : ça, cette chose épouvantable, tapie dans les égouts et capable de déchiqueter vif un garçonnet de six ans…
Vingt-sept ans plus tard, l’appel de l’un d’entre eux les réunit sur les lieux de leur enfance. Car l’horreur, de nouveau, se déchaîne, comme si elle devait de façon cyclique et régulière frapper la petite cité.
Entre le passé et le présent, l’enfance et l’âge adulte, l’oubli des terreurs et leur insoutenable retour, l’auteur de Sac d’os nous convie à un fascinant voyage vers le Mal, avec une de ses œuvres les plus amples et les plus fortes.

MON AVIS :

Cette histoire …je pourrais en parler pendant des heures, en écrire des chapitres…j’en suis à ma quatrième relecture, une par décennie et finalement je me dis que c’est comme ça qu’on apprécie au mieux l’œuvre du King. Car la même histoire, lu à différentes époques de sa vie, finalement ce n’est pas la même histoire. Maintenant j’ai l’âge adulte ( même un peu plus) de Bill, Ben, Bev, Eddy, Mike,Stan et Richie …maintenant je ressent différemment les parties « adultes ».

Je crois qu’il n’y a rien qui m’énerve plus quand j’entends ou quand je lis que ÇA est juste une histoire d’horreur et de clown…c’est tellement faux archi faux, cette histoire c’est tellement plus que ça….

Si je devais résumer cette œuvre, ÇA c’est un livre sur « le mal » le pire de l’être humain et les peurs qui en découlent.

Par le biais de chaque enfant, King aborde une multitude thématique. Bill souffre de bégaiement, subit le harcèlement scolaire ( comme toute la bande), son frère s’est fait assassiné, avec lui vous allez aborder le deuil…comment ce petit garçon tente d’exister dans ce drame et ce froid glacial qui s’est installé chez lui. Bev est victime de violences familiales, pauvre, elle subit les moqueries des autres filles. Ben est obèse …pareil il subit les brimades non stop des autres élèves. Eddy est victime de sa mère qui est complétement hypocondriaque, à la limite d’un Münchhausen par procuration, donc clairement de maltraitance aussi. Mike pauvre et noir…dans les années 50, Stan pauvre et juif…et Richie notre binoclard qui ne tient pas en place.

Dans ce premier tome, le ÇA va se matérialiser sous la forme de ce qui leur fait peur, pour les terroriser, leur faire perdre l’esprit, pour pouvoir les attraper. Mais ce que King décrit mieux que personne c’est la force des enfants, cette capacité qu’ils ont de croire qu’ils peuvent affronter n’importe qui et n’importe quoi surtout quand ils sont plusieurs…la force de l’amitié, de la solidarité.

King fait un aller retour passé présent tellement criant de vérité, car autant enfants notre club des ratés affrontent un monstre affreux avec beaucoup de courage. Autant leurs réactions en tant qu’adultes sont totalement différentes, ils ressentent la peur, la peur viscérale du retour du ÇA…et clairement ils sont moins confiants que quand ils étaient enfants.

J’aime la façon qu’à Stephen King de décrire l’adulte traumatisé par son enfance et comment ses traumatismes font de lui ce qu’il est…Et là de nouveau, King ne les épargne pas…violences conjugales, mariage malheureux, absence d’enfants, dépression, anxiété…suicide.

Le fantastique n’est qu’une façon pour King de mettre en avant une histoire et plusieurs sujets. Le clown symbolise la peur, lui donne une forme physique.

BREF…J’ADORE CETTE HISTOIRE…JE VEUX ÊTRE ENTERRÉE AVEC

RÉSUMÉ :

Dans une petite ville, l’amour des livres et de la lecture rapproche Craig, un adolescent, et M. Harrigan, un vieux milliardaire reclus. Mais quand M. Harrigan décède, Craig découvre que tout n’est pas mort et terminé. Il se retrouve étrangement capable de communiquer avec son ami par-delà la mort grâce à son iPhone. Cette histoire d’apprentissage surnaturelle prouve que certains liens sont indestructibles.

MON AVIS :

Dans le cadre de l’automne du King, ce film tombe à merveille.

Quand Stephen King raconte une histoire d’amitié entre un riche homme d’affaire retraité et un jeune garçon, ça donne cette petite merveille. J’avais beaucoup aimé cette nouvelle dans le recueil : si ça saigne.

King a toujours été extraordinaire pour raconter, décrire, sublimer : l’amitié . On ne peut que être touché par cette histoire entre ce petit garçon qui a perdu sa maman, qui vient faire la lecture à cet étrange vieux monsieur qui vit seul, uniquement entouré de domestique dans ce sublime manoir. Craig va grandir, murir au fil des années, au fil des lectures . Leur amitié va se transformer en une complicité bien à eux, dominé par un respect et une admiration mutuelle .

Puis Mr Harrigan décède, lors de son enterrement, Craig décide lui mettre dans son cercueil, l’iphone qui lui avait offert, celui qui est connecté au sien. Et là …la magie du King opère.

C’est une histoire très touchante, sombre voir très sombre…ça ne fait pas peur, rien d’horrifique…juste une question : bug d’iphone ou fantôme ?

Ce film retranscrit fidèlement l’histoire du livre, je n’ai pas été déçue. Revoir Donald Sutherland est toujours un plaisir…et il est toujours aussi charismatique à 87 ans.

BREF…STEPHEN KING 😍