LIRE ET COURIR

Du sport , de la lecture et un peu plus encore…

RÉSUMÉ :

 » Trouvailles de style, aversion pour la morale… Jubilatoire !  » Rolling Stone

Jeanne Moreau – rien à voir avec l’actrice – a tué son mari qui la maltraitait depuis des années. Trois balles dans le dos en guise d’épitaphe.

Le soutien des réseaux sociaux et des associations de lutte contre les violences faites aux femmes lui a valu de n’effectuer qu’une partie de la peine à laquelle elle a été condamnée aux assises et de bénéficier d’une grâce accordée… le jour de la Saint-Innocent.

Explorant un angle mort de l’affaire, un journaliste à la retraite décide de rouvrir le dossier. La septuagénaire – que certains proches surnomment  » la Ravajou  » – est-elle bien la victime que les médias se sont plu à dépeindre ?

Avec ce roman noir aux faux airs de contre-enquête, Michel Embareck réaffirme son goût pour le politiquement incorrect et les trouvailles de style.

MON AVIS :

Voilà une lecture originale autant dans l’écriture que sur la façon d’aborder une histoire.

L’histoire de Jeanne ne peut nous faire que penser à un fait divers survenu il y a peu de temps dans notre pays , impossible de ne pas faire le lien .Donc écrire une fiction de cette histoire où éventuellement le cœur de l’affaire serait un tout autre mobile, effectivement difficile de faire plus politiquement incorrect .

J’ai aimé la contre enquête de notre journaliste, la critique des médias et des réseaux sociaux sur les faits divers, la façon dont ils sont perçus dans notre pays; C’est un peu un condensé satirique de Jacques Pradel et de Christophe Hondelate.

L’écriture est du cru, très rurale, très campagnarde et demande un petit temps d’immersion.

BREF…Il faut le lire pour se faire une opinion, personnellement j’ai aimé la contre enquête, le politiquement incorrect même si cela reste un peu dérangeant si on fait le lien ( peut être à tort) avec une histoire vraie.

Merci Mylène et les Éditions l’Archipel pour cette lecture.

RÉSUMÉ :

« Impossible de lâcher ce livre!  » Reese Witherspoon

RÈGLE NUMÉRO UN
Dis un mensonge

RÈGLE NUMÉRO DEUX
Ne change pas ta version

RÈGLE NUMÉRO TROIS
Ne te fais pas prendre

RÈGLE NUMÉRO QUATRE
Ne pas se mentir les unes aux autres

RÈGLE NUMÉRO CINQ
Savoir quand cesser de mentir

Quand quelqu’un meurt, ce n’est plus un jeu…

MON AVIS :

4 amies de lycée, un secret…mais 17 ans plus tard ce secret menace d’être révélé.

Le secret, elles en ont fait leur marque de fabrique, leur signe distinctif, leur jeu quotidien…jusqu’au jour où le jeu s’est transformé en nécessité.

Des années après, Isa, Fatima, Théa ont fait leurs vies professionnelles et familiales. En pleine nuit, elles reçoivent un texto de Kate, la seule qui est restée vivre près de leur ancien lycée, dans le moulin de son père, lieu de tous leurs souvenirs. Toutes n’hésitent pas à tout laisser en plan et venir rejoindre Kate. Pourquoi ? Quel est ce secret qu’elles veulent à tout pris cacher ? Gardent elles toutes le même secret ? Après tout, elles ne sont pas sensées se mentir les unes aux autres.

J’ai bien aimé ce thriller qui met nos héroïnes dans une position impossible à tenir entre un secret un garder et préserver leurs vies de famille. Surtout la pauvre Isa qui en plein congé maternité n’hésite pas à venir avec son bébé car en allaitement exclusif, j’avoue que ce ressort scénaristique ajoute une source de stress et d’inquiétude supplémentaire .

Ce roman surfe sur la nostalgie du passé, les amitiés que l’on pense éternelles. La confrontation entre nos souvenirs et la réalité.

Les rebondissement ne manquent pas, les surprises non plus.

Un thriller soft ( pas de scènes gores ) mais prenant, que je peux conseiller au plus grand nombre.

BREF…Ruth Ware est une incontournable du thriller anglais.

MERCI NETGALLEY ET FLEUVE NOIR POUR CETTE LECTURE

RÉSUMÉ :

Deux femmes et un homme se croisent dans l’ombre d’un assassin qui élimine à couteau ses victimes, en prenant soin de leur cisailler les lèvres.

Paris, janvier 2018.

À l’orée de la quarantaine, Charlotte s’interroge sur son avenir professionnel et son désir d’enfant. 

Lorsqu’elle apprend que son premier amour a été tué, elle replonge peu à peu dans un passé obscur.

Zoé vit les dernières années de sa carrière de mannequin. Dans un bar, elle croise la route d’une inconnue qui la sort de son quotidien pour l’entraîner vers un monde plus excitant. Et plus dangereux.

Officiellement décédé depuis un an, Alexis revient à Paris pour venger un ancien compagnon d’armes. 

Pendant de longues années, tuer pour la France a rythmé ses missions. 

Aujourd’hui, c’est personnel…

MON AVIS :

Charlotte, Zoé ,Alexis et notre tueur….à première vue rien ne rapproche ces quatre personnes, ni leurs vies,nie leurs passé…mais elles vont se retrouvées à gravité au tour de cadavres…pourquoi ? A vous de le découvrir.

J’adore les thrillers à plusieurs voix, où l’on découvre à chaque fois une version différentes de l’histoire, un point de vue différent…puis l’auteur laisse apparaitre petit à petit des éléments de réponses…nous balade aussi quand même pas mal…et là la magie opère…la révélation que je n’avais pas vu venir, les connections que je n’avais pas établis…j’adore quand cela se passe comme ça .

Certains pourront lui trouver des petits cotés « too much » par certains aspects …mais une fois pris dans l’histoire, pour moi ça passe, rappelons le : c’est une fiction .Donc je ne suis jamais contre quelques libertés parfois pour rythmer une histoire ou la pimenter légèrement.

BREF …UN BON THRILLER À REBONDISSEMENTS

MERCI NETGALLEY ET HUGO THRILLER POUR CETTE LECTURE

RÉSUMÉ :

Moira O’Donnell c’est, derrière le feu des boucles rousses et l’énergie inépuisable, une femme qui lutte pour garder la tête hors de l’eau.
C’est une vie d’adulte démarrée trop tôt.
Ce sont trois gamins livrés à eux-mêmes et autant de boulots cumulés pour les nourrir.
Ce sont des pères absents : le premier, incarcéré le plus longtemps possible, croit-elle, et le second, suicidé.
C’est une culpabilité sans fin.
Moira O’Donnell, c’est la solitude d’une mère de famille dure au mal qui se bat, tombe et renaît. Pour ses enfants. Et avec eux. À la vie, à la mort.
Chaque semaine, elle achète un ticket de loterie en rêvant à une vie meilleure. Mais les services sociaux ont d’autres projets pour elle… Et un problème n’arrivant jamais seul, l’équilibre précaire qu’elle pensait avoir créé vire bientôt à la tragédie.

MON AVIS :

L’amour maternel, un sujet inépuisable …un sujet clivant, un sujet qui remue nos tripes de maman, un sujet qui bouleverse l’enfant qui est encore en nous.

Encore un très bon Claire Favan, elle maitrise son sujet du début jusqu’à la fin avec une justesse impeccable . Un ascenseur émotionnel avec tous les personnages, une parfaite empathie avec eux car au final, ils sont tous tous les victimes de quelqu’un.

Je l’ai dévoré sur un weekend, le livre que vous posez uniquement par obligation et vous n’avez qu’une envie c’est d’y retourner car on le sait maintenant qu’avec Claire Favan, tout mais tout peut arriver.

Ce livre est typiquement le type de thriller moins vous en savez avant de lire , mieux c’est . Faites confiance, comme à chaque fois au talent de Claire Favan, laissez vous embarquer dans la vie de Moira, dans ses galères, dans ses choix …et une fois le livre fini, posez vous la question : qu’aurais je fais à sa place ? J’y réfléchis encore…

Petit plus que j’ai particulièrement apprécié et je sais que d’autres personnes l’apprécient aussi, cette histoire bien qu’elle se déroule actuellement est COVID free…et ça fait du bien.

BREF…LISEZ-LE !!!

Merci aux éditions Harper Collins pour cette lecture

Qu’il est passé vite ce petit mois de février…peu présente par ici et sur bookstagram, beaucoup de travail, une semaine de vacances fin février qui a été des plus reposante grâce aux températures printanières. Donc retour rapide sur février 2021.

LES LIVRES

Je n’ai pas oublié le challenge #readchristie2021, je n’ai pas eu le temps d’écrire mon article donc ça sera double dose en mars.

LES SÉRIES

  • WANDAVISION la série à voir absolument pour les fans de Marvel, je ferais un petit update sur l’article après la diffusion du dernier épisode.
  • PEAKY BLINDERS , je profite actuellement pour visionner les saisons que j’ai en retard, maintenant je suis à jour des aventures bad boys de Birmingham
  • VIKINGS, ça y est c’est fini…même si je n’ai pas été ultra fan des dernières saisons, j’ai quitté les personnages avec une certaine nostalgie.

LE SPORT:

Et là c’est le drame, après une reprise plutôt prometteuse des entrainements running réguliers…tendinite du moyen fessier …un mois d’arrêt, une reprise au compte goutte…j’espère que mars sera sous le signe d’une vraie reprise durable.

Heureusement, CARDIO X est là !!! Le programme qui m’a fait garder la tête hors de l’eau pendnat huit semaines…il se termine vendredi, je ferais un petit update de l’article prochainement .

BREF…SPRING IS COMING et cela m’emplit de joie !!! Même si nous arrivons au triste anniversaire des un an de la pandémie, pleins de belles choses arrivent et surtout pleins mais pleins de nouveautés thrillers en ce mois de Mars.

RÉSUMÉ :

Un flic pas comme les autres qui avance, pas à pas, dans l’ombre du loup…

A Rennes, l’officier de police Hubert Grimm affronte une affaire obsédante : un notable, M. Kerdegat, personnage désagréable et méprisant, reçoit coups de téléphone et lettres anonymes. Il y a aussi cet homme en scooter qui semble traquer les moindres faits et gestes du chef d’entreprise.

Jusqu’au jour où l’employée de maison des Kerdegat tombe, devant la demeure familiale, sur un corps découpé en morceaux. La tête du cadavre est introuvable…

Cette fois, l’enquête prend un tour terrifiant. Hubert Grimm découvre les ramifications de ce qui n’était, au départ, qu’une sale histoire de corbeau : un club sadomasochiste, des messages codés, des mises en scène morbides. Et une famille décimée.

Parfois, une seule affaire peut terrifier une ville entière

Un polar magistral. Une fois ouvert, vous ne le lâcherez plus…

MON AVIS :

Pour un premier polar,c’est une vraie réussite !! Je dois avouer que je n’ai pas lu d’autres livres de cet auteur qui sont dans un autre registre (en gros en dehors de ma zone de confort de lectrice).

Je vois les amateurs de thrillers / polars lever les yeux au ciel devant la quatrième de couverture en lisant un flic pas comme les autres…mais il faut bien reconnaitre que le principal personnage, Hubert, est un très bon flic, fraichement débarqué à Rennes, qui tâtonne encore au sein de son équipe …mais il traine derrière lui deux problématiques plutôt originales et étonnantes ( que je vous laisse le soin de découvrir comme toujours) mais qui le rendent terriblement attachant.Olivier Merle a su créer une cohésion d’équipe dans lequel le lecteur se sent bien.

Clairement, j’aimerais retrouver Hubert et son équipe dans une autre histoire.

En ce qui concerne l’enquête, elle est bien menée, avec des rebondissements bien placés, des fausses pistes . En ce qui concerne la partie sadomasochiste, elle est plutôt courte et soft ( on se souvient tous d’une époque où on a pu lire et relire jusqu’à l’overdose sur ce thème). Le style est fluide et addictif, un gros plaisir de lecture. Le type de livre que vous pouvez conseiller au plus grand nombre.

BREF…MR OLIVIER MERLE BIENVENUE DANS LE MONDE DU POLAR !!

Merci Mélanie et XO éditions pour cet envoi

RÉSUMÉ :

« Souviens-toi, maman : nous étions tes enfants. » C.K. C’est l’histoire d’une grande famille qui aime débattre, rire et danser, qui aime le soleil et l’été. C’est le récit incandescent d’une femme qui ose enfin raconter ce qui a longtemps fait taire la Familia grande.

MON AVIS :

Après avoir lu  » le consentement », je me suis dirigée vers « la suite logique. »..la Familia grande. Comme pour le consentement, le sujet de l’inceste est quelque chose que je rencontre régulièrement dans le cadre de mon travail …mais pas dans ce type de pseudo milieu intellectuel / politique…

Finalement, l’histoire est partout la même…il ne faut pas que ça se sache …

Camille Kouchner aborde ce sujet en expliquant l’histoire de sa famille, le contexte socio culturel dans lequel elle a grandit, mais elle explique surtout sa place de détentrice d’un secret terrible, secret que la victime, son frère jumeau, lui interdit de révéler, secret dont l’agresseur est son beau père adoré . Elle explique très clairement la position impossible d’un enfant par rapport à un agresseur, la loyauté à son frère et le besoin de protéger une mère défaillante.

Cette histoire, maintenant tout la monde la connait, elle ne fait que démarrer, les enquêtes sont en cours…

On ne peut que saluer ce type de témoignage POUR QUE LA HONTE CHANGE DE CAMP !!!

BREF…un témoignage différent mais tout aussi important

RÉSUMÉ :

Depuis tant d’années, je tourne en rond dans ma cage, mes rêves sont peuplés de meurtre et de vengeance. Jusqu’au jour où la solution se présente enfin, là, sous mes yeux, comme une évidence : prendre le chasseur à son propre piège, l’enfermer dans un livre. »
Séduite à l’âge de quatorze ans par un célèbre écrivain quinquagénaire, Vanessa Springora dépeint, trois décennies plus tard, l’emprise qui fut exercée sur elle et la trace durable de cette relation tout au long de sa vie de femme. Au-delà de son histoire intime, elle questionne dans ce récit les dérives d’une époque et d’un microcosme littéraire aveuglé par le talent et la notoriété.

Un livre phénomène traduit dans vingt-deux langues et actuellement en cours d’adaptation cinématographique.

MON AVIS :

Alors oui, ce n’est pas le type/ genre de livre que je chronique ici . Avec mon métier, malheureusement c’est une problématique que je rencontre souvent. J’ai voulu savoir, comment elle avait abordé le sujet,je voulais connaitre son histoire .

Je suis certes une grosse consommatrice de livres, mais mon univers est très très très éloigné de la sphère de la littérature dite classique ou blanche…Le fameux G, je n’en avais jamais entendu parler avant ce livre, alors que pour beaucoup c’est un incontournable de la littérature française .

Ce livre est extrêmement bien écrit, avec beaucoup d’intelligence et de finesse, là dessus vraiment, rien à redire…Malgré le sujet , il se lit très facilement.

Le contenu …à gerber forcément …finalement ce qui m’a encore plus choqué que le comportement de G, c’est l’entourage de l’autrice …OMG !!! Comment ? En tant que mère , l’attitude de la mère de Vanessa m’a forcément …j’ai pas les mots….et ce petit monde de pseudo intellectuel… plutôt un tas immondices .

Comme beaucoup de monde depuis, j’ai vu les fameuses émissions de télévision ( qui ont été diffusées dans les années 80) évoquées dans le livre…j’ai du mal à croire que ça a pu exister…et qu’il y ai eu aussi peu d’excuses et autant de faux prétextes que de se cacher derrière « l’époque » ….

Ce livre a eu le mérite d’ouvrir une brèche à de nombreux témoignages, de nouveaux ouvrages sur le sujet et pour ça MERCI VANESSA SPRINGORA .

BREF…UN LIVRE TÉMOIGNAGE À LIRE ABSOLUMENT.

RÉSUMÉ :

Haut comme deux chevaux. Des boules de feu étincelantes à la place des yeux. De longues griffes acérées telles des lames. L’Ickabog arrive…La Cornucopia était un petit royaume heureux. On n’y manquait de rien, le roi portait la plus élégante des moustaches, et le pays était célèbre pour ses mets délicieux : Délice-des-Ducs ou Nacelles-de-Fées, nul ne pouvait goûter ses gâteaux divins sans pleurer de joie ! Mais dans tout le royaume, un monstre rôde : selon la légende, l’Ickabog habitait les Marécages brumeux et froids du nord du pays. On disait de cette créature qu’elle avait de formidables pouvoirs et sortait la nuit pour dévorer les moutons comme les enfants. Des histoires pour les petits et les naïfs ? Parfois, les mythes prennent vie de façon étonnante…Alors, si vous êtes courageux et voulez connaître la vérité, ouvrez ce livre, suivez deux jeunes héros déterminés et perspicaces dans une folle aventure qui changera pour toujours le sort de la Cornucopia.

MON AVIS :

Tu la vois arriver la fausse bonne idée…la petite déprime de fin d’année, besoin de se remonter le moral, nostalgique à jamais de la saga Harry Potter…Et là oh miracle un nouveau J.K Rowling !!!! Naïve que je suis… je me précipite dessus …

Au début , on découvre l’histoire de l’écriture de ce conte pour enfants, J.K Rowling l’a écrit pour ses enfants entre deux tomes de Harry Potter, puis avec le temps l’histoire à été remisée au grenier. Puis arrive 2020, le COVID et ce grand confinement mondial…et là, elle a la bonne idée de ressortir cette histoire,sur son site, elle délivre gratuitement le contenu chapitre par chapitre à ses plus jeunes lecteurs et lance un concours international de dessins sur le thème de l’ickabog . Ce livre est donc le récit complet et les meilleurs dessins récoltés durant les mois de confinements.

Si toi aussi, tu rêves de retrouver la magie de Harry Potter…passe ton chemin, il n’y a point de magie…on est sur un vrai conte à la Perrault, alors effectivement il a été écrit pour ça, lire ce livre a un enfant 6/8 ans un peu tous les soirs, pour ça il est parfait. L’ histoire est sympa, les héros sont attachants, il y a quand même des parties assez sombres. Mais les premiers destinataires de ce livre sont vraiment : LES ENFANTS .

BREF…A offrir sans hésiter à des enfants autour de 8 ans,mais pour les adultes qui espèrent retrouver le monde de la magie, passez votre chemin…

RÉSUMÉ :

Au lendemain d’une tempête de neige, le shérif Norris Ridgewick et son équipe recherchent désespérément deux jeunes filles disparues, mais le temps presse et les chances de les retrouver vivantes s’amenuisent.
À Washington DC, Gwendy Peterson, trente-sept ans, n’a plus rien à voir avec l’adolescente complexée qui passait son été à courir dans Castle Rock. L’été de ses douze ans, on lui avait confié l’extraordinaire boîte à boutons de Richard Farris, l’homme énigmatique au costume noir. Gwendy recevait des cadeaux de la part de la fameuse boîte en échange de ses soins et de son attention. Jusqu’au jour où Farris a disparu en l’emportant avec lui.
Vingt-cinq ans plus tard, la boîte réapparaît. Cette mystérieuse résurgence, couplée avec les étranges disparitions à Castle Rock, mène Gwendy à retrouver le chemin de sa maison. Peut-être parviendra-t-elle à arrêter la folie d’un homme avant qu’il ne soit trop tard ?

MON AVIS :

Ma destination de lecture préférée : Castle Rock dans le Maine .

Alors oui ce livre n’est pas écrit par le créateur de Castle Rock, le seul et unique Stephen King…mais souvenez nous il a co-écrit le premier tome GWENDY ET LA BOITE À BOUTONS avec Richard Chizmar . Ce dernier lui a proposé une suite tellement bien écrit qu’il lui a donné son feu vert pour la publier. Et de nouveau la magie a opéré.

On retrouve Gwendy, adulte, elle mène une brillante carrière, tout lui réussit…puis sans savoir pourquoi, à l’aube de son départ pour Castle Rock, la boite à boutons réapparait de nouveau dans sa vie. Au même moment, des jeunes filles disparaissent mystérieusement dans sa ville natale . Les souvenirs d’enfance remontent à la surface, doit elle de nouveau se servir de la boite pour les sauver ?…mais elle sait que ce n’ est pas sans conséquences…et où est son mystérieux propriétaire Mr Farris ?

La magie de cette histoire, à la limite du conte fantastique, continue à me fasciner . Elle offre un autre regard sur Castle Rock, toujours avec ses démons mais aussi sa magie bienveillante.

BREF…JE NE PEUX QU’ESPÉRER AVOIR UNE SUITE AVEC UNE GWENDY PLUS ÂGÉE .

Merci Netgalley et le livre de poche pour cette lecture