LIRE ET COURIR

Du sport , de la lecture et un peu plus encore…

RÉSUMÉ :

Le commandant Martin Servaz se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière : les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise d’une vallée encaissée des Pyrénées.
L’ADN d’un criminel interné à l’asile proche est retrouvé sur le corps du cheval… et quelques jours plus tard, le premier meurtre a lieu.

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise.
Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée quand l’ADN d’un des détenus les plus notoires de l’asile, Julian Hirtmann, accusé d’avoir tué et violé plusieurs femmes, est retrouvé sur le corps du cheval… et quelques jours plus tard, le premier meurtre a lieu. Une histoire sombre de folie et de revanche semble alors se dérouler.
Le commandant Martin Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière. Aidé par la capitaine de la gendarmerie Irène Ziegler, il doit utiliser toutes leurs compétences pour résoudre ce mystère et mettre fin aux agissements d’un des criminels les plus diaboliques qui soit.

MON AVIS :

Je n’ai pas l’habitude de lire des romans graphiques, mais avec l’adaptation de mes thrillers historiques, iconiques, je me plonge de plus en plus dedans et je trouve ça très agréable. C’est une bonne façon de redécouvrir une œuvre ou de la découvrir avant de se plonger dans sa version roman ( je pense à certains classique qui peuvent faire un peu peur à certains lecteurs).

Glacé…ce livre a déjà 10 ans…ma rencontre avec Bernard Minier, ma rencontre avec Martin Servaz, cette relation qui a duré de nombreuses années. Alors lire ce roman graphique a été un vrai plaisir. Difficile pour moi de parler des dessins car je suis novice en la matière et certainement pas la plus experte, mais je les ai adoré . Les dessinateurs ont su donner vie aux personnages que je m’étais construit dans mon esprit. Ils retranscrivent à merveille l’ambiance….glacé…avec cette multitude de bleu, de gris, de noir. Les paysages sont magnifiques.

Une autre façon de découvrir ou redécouvrir ce thriller, ce classique.

Seule ombre au tableau de ce type d’ouvrage, le rapport prix / temps si on compare un un ouvrage classique. Pour moi c’est comme un objet de collection.

BREF….UN BEAU CADEAU À OFFRIR

RÉSUMÉ :

Dans un futur proche, la technologie a commencé à subtilement modifier la société. Flynne Fisher découvre alors une connexion avec une réalité très différente, et le destin très sombre qui l’attend…

MON AVIS :

Comment décrire cette série…un futur proche qui ressemble au notre présent, des possibilités de simulations de jeux vidéos incroyables. Flynne essaye un nouveau programme dans le but de se faire un peu d’argent pour continuer à payer les médicaments de sa mère malade. Mais cette nouvelle simulation semble plus que réelle…

On apprend très vite que cette simulation est un transfert vers un futur …post apocalyptique …bien angoissant, bien flippant au vu des trois années que l’on vient de passer : pandémie, guerre nucléaire et problème d’énergie sont à l’origine de ce nouveau monde. Crise d’angoisse bonjour…. Dans ce monde, Flynne doit retrouver une disparue mais ça ne sera pas sans conséquences sur le présent .

La série est très belle, les effets spéciaux sont particulièrement réussis. J’ai bien accroché à l’histoire, même si par moment, elle m’a complétement angoissé.

Comme toute bonne série de F, elle est issue d’un roman, comme tout bonne série de SF, elle est parfois dure à comprendre, dans ces cas pour être sure de ne pas passer à coté de quelque chose d’important, je préfère aller voir les vidéos de Captain Pop Corn, je vous mets la vidéo en dessous, il résume les différents mondes et les différents enjeux.

BREF…JE REGARDERAI LA SAISON 2 AVEC PLAISIR

RÉSUMÉ :

Un commissaire à la retraite recrute un brillant cadet de West Point appelé Edgar Allan Poe pour qu’il l’aide à résoudre un meurtre atroce à l’Académie militaire américaine.

Histoire tirée du livre :

MON AVIS :

Le film incontournable de Netflix en ce début d’année, une thriller gothique avec Edgar Allan Poe servi par un casting de rêve…alors ça donne quoi?

Ce film est visuellement sublime, les paysages sont somptueux. La palette de couleurs froides de l’hiver associé aux vieux batiments de West Point renforce l’esthétisme gothique, vous allez en prendre plein les yeux. L’histoire est macabre, les prises de vue le sont également. UNE VRAIE BEAUTÉ GOTHIQUE.

Coté casting, il n’y pas assez de surperlatifs pour évoquer Christian Bale, une fois de plus il est brillant, parfait comme à son habitude. Gillian Anderson, je suis ravie que Netflix ai redonné vie à sa carrière, elle peut tout jouer. Grande surprise avec Harry Melling, oui c’est bien le cousin Duddley, métamorphosé en Edgar Allan Poe, très convainquant .

Par contre, ce film est long, un peu trop long car l’histoire est malheureusement sans surprise, tout du moins on devine une grosse partie de l’intrigue assez vite. Donc oui, j’ai été subjuguée par la beauté de ce film, sa réalisation, ses personnages, mais il aurait gagné en efficacité si il avait été un peu plus court.

BREF…À VOIR POUR LA BEAUTÉ DE FILM ET SON CASTING

RÉSUMÉ :

Alors qu’elle sort tout juste d’une cure de désintoxication, Mallory Quinn est engagée comme baby-sitter par Ted et Caroline Maxwell. Elle doit s’occuper de leur fils de cinq ans, Teddy. Mallory est aussitôt sous le charme. Elle a son propre espace de vie, elle sort le soir pour courir, et elle a enfin la stabilité dont elle rêvait. De plus, elle s’attache sincèrement à Teddy, un petit garçon doux et timide qui ne se déplace jamais sans son cahier et son crayon.

Ses dessins suivent les thèmes habituels de cet âge : arbres, lapins, ballons. Mais un jour, il dessine quelque chose de différent : un homme dans une forêt, qui traîne le corps sans vie d’une femme.

Les œuvres de Teddy deviennent alors de plus en plus sinistres, et ses bonhommes rudimentaires se changent bientôt en esquisses trop réalistes qui excèdent largement les capacités d’un enfant de cinq ans. Mallory commence à se demander si ce ne sont pas là les échos d’un meurtre ancien, peut-être relayés par une force surnaturelle.

Consciente que tout cela relève de la folie, Mallory entreprend néanmoins de déchiffrer ces images… et de sauver Teddy avant qu’il soit trop tard.

« J’ai adoré ce roman. Un style direct et sans fioritures, de réelles surprises, un rythme qui maintient le lecteur en haleine. » – Stephen King

« Intelligent et angoissant à souhait, parfaitement maîtrisé, le meilleur thriller d’horreur que j’ai lu depuis des années. Destiné à devenir un classique. » – Ransom Rigg, auteur de Miss Peregrine et les enfants particuliers

« Un roman précieux, maîtrisant les règles du genre alors même qu’il s’en éloigne pour en inventer de nouvelles. Une formidable lecture pleine de trouvailles, aussi bien littéraires que visuelles. À partager sans modération. » – Scott Frank, réalisateur de la série Le Jeu de la dame

MON AVIS :

Ce livre a fait beaucoup parlé de lui en fin d’année 2022, je me suis laissée tentée. Avec l’expérience, en tant que fan de Stephen King, je sais que mettre son nom et une phrase de lui en couverture n’est pas synonyme de bonne lecture, voir carrément cela annonce un désastre…ICI CE N’EST ABSOLUMENT PAS LE CAS.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Mallory, elle a été victime comme énormément d’américain de l’OXYCODONE, ce traitement antidouleur extrêmement addictif et qui a tué des milliers( voir plus) de personnes. Si vous souhaitez en savoir plus je vous conseille l’excellente série DOPESICK.

En sortie de cure, son parrain des narcotiques anonymes, lui trouve un job de baby sitter à domicile pour s’occuper du petit Teddy, l’été ,en attendant son entrée à l’école en septembre. Elle reprend goût à la vie, s’attache beaucoup au petit Teddy, à sa famille.. . Caroline et Ted ont quelques règles à respecter concernant l’éducation de leurs fils…, rien d’insurmontable,un gentil couple un peu bobo.

Mais …évidement il y a un mais…Teddy dessine, il dessine beaucoup, pour un enfant de 5 ans, c’est normal…puis il a une amie imaginaire aussi, classique me direz vous. Mais cette relation avec cette amie imaginaire prend de plus en plus de place et ses dessins évoluent , ils deviennent de plus en plus précis et sombre…Le gros plus de ce livre, ceux sont les dessins, que vous aussi lecteur vous avez sous les yeux, que vous aussi comme Mallory vous voyez évoluer et que vous aussi vous allez essayer de décrypter . A partir de là, on rentre dans un schéma assez classique de est-ce un esprit? est-ce du paranormal.?…où la toxicomanie de Mallory lui a-t-elle abimé le cerveau plus qu’elle ne l’aurais cru ?

C’est très addictif, car le lecteur a envie de savoir la vérité, à envie de connaitre les prochains dessins, je me suis laissée complétement prise au jeu.

Petit plus, la fin que je n’avais pas du tout vu venir…mais pas une seconde, donc forcément la lectrice que je suis était comblée !!!

BREF…CE LIVRE TIENT TOUTES SES PROMESSES

RÉSUMÉ :

Une randonnée au cœur de ce que l’Islande a de plus sauvage.

Un huis-clos d’où surgissent trahisons et secrets.

Réussiront-ils tous à survivre à cette nuit ?

Ils pensaient se retrouver le temps de quelques jours paisibles. Une simple chasse à la perdrix dans les hauts plateaux de l’est de l’Islande… Mais le voyage tourne au cauchemar. Une tempête de neige violente et inattendue s’abat sur eux et les oblige à se réfugier dans un pavillon de chasse abandonné. À l’intérieur, une découverte macabre changera à jamais le cours de leur existence – et de leur amitié. C’est le début d’une longue nuit, où les quatre amis voient ressurgir ce qu’ils ont de pire en chacun d’eux.

Le maître du polar islandais, Ragnar Jónasson, est devenu l’un des romanciers internationaux les plus reconnus. C’est en France, un pays qu’il aime profondément, qu’il remporte le plus grand succès : plus d’un million de livres vendus. Il est l’auteur de la série mettant en scène l’enquêteur Ari Thór (dont le roman-phénomène Snjór) et de la trilogie à succès « La Dame de Reykjavík ». Grand lecteur d’Agatha Christie, il a traduit la plupart de ses romans en islandais. Les droits d’adaptation cinéma de À qui la faute ont été acquis par la société de production de Ridley Scott.

MON AVIS :

C’est difficile pour moi de faire preuve d’objectivité en ce qui concerne cet auteur tellement je l’adore !!! Mais le plus sincèrement du monde, j’ai une fois de plus adoré ce dernier roman. Il ne me déçoit jamais .

Un huis clos, un chalet au cœur d’une tempête en plein Islande sauvage…rien que ça, n’est ce pas le cadre parfait pour générer une ambiance angoissante à souhait,une légère oppression qui prend le lecteur aux tripes et qui le lâche plus jusqu’à la fin.

Ce livre est un vrai thriller psychologique, tout en tension…aucune action…tout est parfaitement maitrisé…la randonnée…la tempête, le froid, le vent, le chalet…une seule nuit pour découvrir ce qui les unit nos randonneurs…une seule nuit pour découvrir ceux qu’ils sont vraiment et quels sont leurs secrets.

C’était parfait, j’ai eu froid, j’ai retenu ma respiration, impossible de savoir comment ils vont sortir de ce chalet et surtout à combien ? C’est court, c’est prenant, c’est immersif.

BREF…UN SUCCÈS DE PLUS POUR RAGNAR JÓNASSON

MERCI NETGALLEY ET LES EDITIONS LA MARTINIERE POUR CETTE LECTURE

RÉSUMÉ :

L’histoire glaçante d’une obsession…

À Melville Heights, il ne se passe jamais rien. Aussi, quand on retrouve dans ce quartier huppé de Bristol un cadavre lardé de coups de couteau, les résidents sont atterrés. Qui a pu commettre un crime pareil ? Dans le voisinage, tout le monde se connaît : on est entre gens bien. D’ailleurs, on ne fait pas que se côtoyer entre voisins, on s’épie. Josephine développe une véritable obsession Tom, le charmant directeur du collège, qui vit à deux pas de chez elle. Mais elle n’est pas la seule à guetter ses moindres faits et gestes : Jenna soupçonne le proviseur d’avoir une attirance malsaine pour les adolescentes. Quels sombres secrets cache donc cet homme trop beau pour être honnête ?

MON AVIS :

Ça fait déjà longtemps que Lisa Jewell fait parler d’elle dans le thriller anglais…pourquoi je n’ai jamais lu un de ses livres ? Bonne question…une promo kobo ( déjà il y a quelque temps) et je la découvre enfin.

Et quel bonne surprise !!! Un suspense parfaitement maitrisé,on apprend à découvrir ce quartier, ses habitants, on sait très vite que l’un d’eux est assassiné , qui ? quand? pourquoi? Des pistes se dessinent …Joséphine, la jeune mariée qui vit chez son frère, Tom l’énigmatique directeur de collège qui cristallise l’attention de toutes les femmes autour de lui ? La voisine paranoïaque persuadée d’être sous surveillance ?

Tout ce petit monde se croise, échange , mais jusqu’à quel point vont leurs échanges? Qu’est ce qui a tout fait basculé?

J’ai vraiment passé un bon moment, c’était très immersif, très addictif. J’ai beaucoup aimé le développement de la psychologie de chaque personnage. Ça les rend plus humains, plus sincères…plus comme nous.

BREF…J’AI ENCORE BEAUCOUP DE ROMANS À DÉCOUVRIR DE CETTE AUTRICE

RÉSUMÉ :

On dit de lui qu’il a eu mille vies. Une enfance passée à l’orphelinat, une jeunesse marquée par le succès et, au faîte de sa gloire, des fiançailles avec une riche Américaine. Il était discret, virtuose, solitaire. La dernière femme de sa vie aurait pu parler. Mais en ce matin d’octobre elle gît au pied de l’escalier.
Entre les murs d’un manoir en Picardie, l’étrange duo formé par la domestique Elizabeth Storm et le pianiste Marcus Solar n’est plus. Et c’est un drôle de moment qu’a choisi l’artiste pour tirer sa révérence puisque, après vingt-six ans passés à l’abri des regards, il s’apprêtait à donner une série de concerts exceptionnels.
Qui était Marcus Solar, star déchue morte d’une overdose de morphine à soixante-dix ans et sur le point d’entrer dans la légende ? Quels mystères renfermait-il pour disparaître à la veille du grand soir, emportant avec lui une vieille femme sans passé  ?
Et qui sont ces femmes qui ouvrent et ferment la ronde tragique d’une enquête à laquelle semblent vouloir s’inviter l’amitié, la honte et les regrets  ?
 
À propos de l’autrice
Emmanuelle Faguer  est scénariste. À vingt-huit ans, elle signe avec Les Désobéissantes son premier polar.

MON AVIS :

Mon coup de cœur de ce début d’année 2023.

J’ai déjà été séduite dans un premier temps par la quatrième de couverture, un pianiste célèbre retranché dans un manoir en Picardie ( chez moi), que de belles promesses.

L’autrice a su remarquablement décrire ce village perdu de Picardie, avec ce manoir isolé, son unique restaurant…c’était chez moi.

Pour comprendre la mort de Marcus, il faut déjà comprendre sa vie et c’est bien ça que vous allez découvrir dans ce livre, vous allez remonter le temps en apprenant à connaitre toutes les femmes de sa vie, toutes celles qu’il a rencontré, aimé, toutes celles qui l’ont perdu,qui ont précipité sa chute.

J’ai adoré cette histoire autour de mystérieux pianiste, la structure de l’énigme Solar, comment l’histoire de ces femmes convergent lui. Même si certains éléments arrivent de façon assez prévisible, j’ai aimé avoir une explication claire, nette et précise sur ce dénouement. Je pense que certains lecteurs lecteurs vont le trouver un peu cliché… Moi, j’ai trouvé ce roman très addictif, j’avais hâte de connaitre la fin.

Pour un premier roman, je le trouve très réussi et surtout très touchant, avec une fin un peu guimauve, mais qui sur moi a fonctionné.

BREF…HÂTE DE LIRE UN NOUVEAU ROMAN DE EMMANUELLE FAGUIER

MERCI HARPER COLLINS POUR CE TRÈS BEAU COUP DE CŒUR

RÉSUMÉ :

Un couple marié emménage dans la maison de leurs rêves. Peu de temps après, ils reçoivent des lettres de menace terrifiantes d’un harceleur signant sous le pseudo « The Watcher ».

MON AVIS :

J’ai pas compris la hype sur cette série…

J’ai trouvé ça long…très long…je me suis ennuyée.

Pourtant c’est produit par Ryan Murphy,c’est une histoire vraie…mais je n’ai pas retrouvé le style de Ryan Murphy et l’histoire …bah je l’ai trouvé complétement claqué au sol…mais c’est tordu !! Mais ça n’a aucun sens…pour une histoire vraie. De plus les personnages principaux m’ont énervé au possible, aucune empathie avec eux…j’ai pas compris leurs choix, leurs réactions…

BREF…J’AI ÉTÉ JUSQU’AU BOUT POUR CONNAITRE LA FIN…QUELLE PERTE DE TEMPS

RÉSUMÉ :

« À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.
Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien.»

MON AVIS :

Pierre Lemaitre, l’auteur aux deux visages, il y a l’auteur de saga historique et il y a l’auteur de romans noirs….j’adore les deux.

Mais en ce qui concerne ce roman noir…c’est TRÈS NOIR…sombre au possible…Son récit absorbe toute forme de joie et d’optimisme…il te prend ton oxygène,te mets en apnée. Pierre Lemaitre va te raconter 3 jours de la vie d’Antoine et le reste de sa vie.

C’est un roman très court, mais tellement intense dans les évènements, la tempête de 99 ( impossible de ne pas s’en souvenir), l’angoisse, la peine ressentie pour les personnages. L’ambivalence des sentiments ressentis pour Antoine, c’est fou comme ce si petit roman m’a chamboulé. Pas de bien ou de mal, juste comment la mort d’un chien a influé sur une vie, comment finalement chacun d’entre nous peut voir sa vie basculer.

BREF…UN DE MES OBJECTIFS DE 2023 EST DE LIRE TOUS LES ROMANS NOIRS DE PIERRE LEMAITRE

RÉSUMÉ :

Dans une supérette de quartier, quelques clients font leurs courses, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune mère qui a laissé son fils de 3 ans seul à la maison devant un dessin animé, un couple adultère, une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent… Des gens normaux, sans histoire, ou presque. Et puis un junkie qui, en manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour voler quelques dizaines d’euros. Mais quand le braquage tourne mal, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l’horreur.
Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière devient mince. Si mince…

 » On pénètre dans un huis clos, mais on traverse un roman choral sur les tourments qui rongent les existences ordinaires de ces personnages.  » Le Point

 » Une tension psychologique qui grimpe jusqu’à son paroxysme, c’est notre quotidien qui devient glaçant.  » LiRE

MON AVIS :

Ce livre va être très dur à chroniquer ….j’ai aimé et j’ai pas aimé…En tout cas, il ne m’a pas laissé indifférente !!!!

Je n’ai pas su le lâcher et en même temps il m’a fait lever les yeux au ciel ….souvent….pour finalement me faire parler toute seule … »ah oui d’accord c’est pour ça…!!! » Amis lecteur je pense que vous voyez de quoi je parle . L’idée générale est juste parfaite car finalement, et j’espère ne jamais la vivre, ça peut arriver à tout le monde…donc l’implication du lecteur est immédiate, le stress et l’angoisse sont immédiats.

Après une réflexion de plusieurs jours, oui je vous dis ce livre ne laisse pas indifférente …je pense avoir trouvé ce qui me tracasse : chaque personnage présent dans cette supérette est en train de vivre un moment crucial de sa vie, chaque personnage arrive avec un bagage assez lourd…peut être un peu trop…ou un peu trop de personnages car à un moment il y a un petit coté « too much » qui m’a a fait décrocher, car autant le braquage est plus que crédible autant il y a combien de chance qu’un groupe de 8 personnes avec autant de passif se retrouve dans une supérette en pleine journée ?

Mais finalement à chaque décrochage…l’autrice m’a toujours rattrapé….

BREF…CETTE LECTURE FUT INTENSE DANS TOUS LES SENS DU TERME.