LIRE ET COURIR

Du sport , de la lecture et un peu plus encore…

img_7358

J’ai longtemps hésité à rédiger un article sur cette course…car comme certains le savent déjà , je l’ai couru dans des conditions malheureusement particulièrement difficile et triste. Mais c’est la vie…et ça fait partie également de la vie des runneurs de gérer les difficultés.

PETIT RETOUR SUR LA PRÉPARATION

Après mon abandon l’année dernière sur blessure sur ce même marathon, j’avais vraiment besoin de renouer avec le statut de finisher, de me prouver que j’étais encore capable de le faire encore au moins une fois…orgueil mal placé…certainement.

J’ai commencé cette prépa très fatiguée…beaucoup de travail, peu de sommeil, des vagues de chaleurs…bref ça commençait pas top. Puis séance après séance…finalement, j’ai réussi à caser tous mes entrainements, touts mes fractionnés respectaient l’allure souhaitée…

Niveau hygiène de vie, j’ai réussi à récupérer un sommeil correct, je veillais à mon hydratation, je me massais à l’arnica quasiment tous les jours, j’ai fait une séance d’osteo avant le début de ma préparation…bref une élève modèle.

PREMIER PETIT COUP DUR

Le marathon initialement prévu était celui de Chantilly, mais il a été annulé faute de budget sécurité…donc j’ai décidé de repartir sur celui de la Somme, histoire de prendre ma vengeance sur celui de l’année dernière. Mais repartir sur une autre course, surtout celle où j’avais du abandonner, une semaine de préparation en plus et surtout de ne pas pouvoir le courir avec mon amie Maud comme prévu…ça été difficile de se remettre dans le bain.

RUNNING IS MY THERAPY

Cette phrase bien connue des coureurs, s’est révélée être plus que vraie pour moi ces dernières semaines .

Pour vous faire un bref résumé : mon beau père a été hospitalisé début septembre pour nous quitter la veille du marathon : 5 semaines horribles, épuisantes physiquement, nerveusement, émotionnellement…malgré tout j’ai continuer à courir…pour évacuer , pour avoir 3 moments par semaine pour moi y voir plus clair, pour réfléchir…malgré la fatigue accumulée toutes ces sorties étaient une vraie bénédiction surtout les sorties longues.

COURIR OU PAS ?

Dernière sortie du plan, 20 mn tranquille…le téléphone sonne, même si ce n’est pas une surprise…ça casse, ça coupe le souffle…beaucoup de démarches à effectuer , de choses à penser, à prévoir…nous voilà le lendemain 3h avant le départ…

Ma première réaction fut : JE PEUX PAS LE COURIR …si je craque, je suis fatiguée, si je pleure…si j’y arrive pas…

Mais j’ai la chance d’avoir un mari formidable qui m’a rappelé que ma préparation était top, que je pouvais le faire et que ça ferait du bien à tout le monde, lui et notre fils me rejoindraient à chaque ravito en vélo. C’était aussi une façon de lui montrer que la vie continue.

J’ai eu la chance d’avoir le soutien de ma juju et de Maud qui avec sa phrase magique a réussi à me convaincre : « va évacuer toute la merde de ces dernières semaines » . Un véritable déclic.

LE MARATHON DE LA SOMME

Cette année , le départ a eu lieu à 14h30, une première pour moi…comme d’habitude il faisait beau et plutôt chaud mais on était quand même loin des 30 degrés de l’année dernière. Cette année nouveau parcours, exclusivement nature, le long du chemin de hallage, un semi dans un sens , un semi dans l’autre…pour certains c’est rédhibitoire, pas pour moi. Toujours très peu de public, mais les bénévoles des ravitos sont là et comme d’habitude : ILS SONT JUSTE PARFAITS ET GÉNIAUX !!!

Partir à 14h30 a quand même plusieurs avantages…tu as le temps de dormir…de manger et de digérer correctement avant le départ et ça j’ai fortement apprécié. Malheureusement le premier semi s’est fait dans la chaleur, qui définitivement n’est toujours pas mon amie, mais l’avantage c’est que les douze derniers kilomètres se sont fait dans la fraicheur et je n’ai jamais couru aussi facilement ces fameux douze derniers kilomètres…et l’arrivée avec la cathédrale d’Amiens illuminée au loin…c’était magique.

L’autre particularité de ce marathon , c’est que ce jour là les marathoniens…sont les petits joueurs de la journée, car le même jour, à l’aube les coureurs du 100k ont pris le départ donc soit on croise ceux qui sont sur le retour, soit on fait le retour ensemble . Notre petit groupe de marathoniens de fin de peloton a tout de suite pris le pli de féliciter et d’encourager tous les coureurs du 100k…ce qui nous a semblé tellement normal…applaudissement, encouragements, sourires échangés : ÇA C’EST MON SPORT!!

Contrairement aux fanatiques de leurs records perso qui ,et j’ai vraiment halluciné quand j’ai vu et entendu ça, crie et hurle sur les coureurs du 100k car ils ne se poussent pas assez vite ( le chemin de hallage n’est pas hyper large)…bref une belle bande de C….

Le chemin de hallage est toujours aussi magnifique en automne, la fraicheur des bords de Somme est toujours aussi agréable. 80% du parcours est sur un chemin donc moins traumatisant que du bitume…

Je l’ai déjà dit dans un première article sur ce marathon, mais à 35 euros le marathon, niveau organisation, il n’y a vraiment rien à redire !!!

  • grand parking gratuit à disposition à 300 m du départ
  • retrait des dossards facile
  • T-shirt…ok c’est le même chaque année
  • des ravitos  qui sont dignes des plus grandes courses, très bien fournis : sucré, du salé, eau plate / gazeuse, coca, boisson énergétique, glucose…bref de tout
  • une belle médaille
  • un pack repas avec eau / fruit / gâteau au chocolat et un sandwich au brie qui m’a paru divin…j’aurais pu avoir une bière aussi mais j’avoue que l’alcool post marathon j’ai pas osé tenter.

ET MOI DANS TOUT ÇA ?

Comment j’ai réussi à le  courir et à le finir malgré les circonstances et la fatigue? Plus de 3 semaines après je pense pouvoir y répondre en partie :

  • ma préparation était bonne, réussie et complète…bref j’avais les bases
  • des objectifs clairs : finir sans blessures
  • je n’ai pas été aussi vite que je l’avais prévu, clairement je n’ai pas tout donné…mais je savais que je ne pouvais pas me permettre d’être en mode off la semaine qui allait suivre…aucun regret de ce coté là mon objectif était d’être finisher donc objectif atteint…sans blessure, sans bobos .
  • L’ambiance m’a porté, transporté…cette entraide entre les coureurs, les encouragements, les sourires, les bénévoles…je me suis mise dans ce cocon douillé de cette ambiance de course si spéciale à cette distance du marathon.
  • mon mari et mon fils, les moteurs de ma vie
  • courir en trifonction…zéro frottement, aucune gène…
  • ENFIN une bonne gestion de mon hydratation et de mon alimentation
  • clairement j’ai des blancs sur le premier semi…trop chaud, je me suis focalisée par moment sur les podcasts que j’avais programmé…le second que du bonheur avec le retour de la fraicheur, le plein d’endorphines et la ligne d’arrivée en ligne de mire .

 

BILAN DE TOUT ÇA

Que du positif : j’ai fais confiance à mon corps et à ma préparation, J’AI EU CONFIANCE EN MOI…(et ça c’était pas gagné )…et ça a marché , je suis finisher de mon quatrième marathon !!

J’adore toujours autant cette distance, même si la préparation est longue et difficile, même si il y a des gros moments de doutes…je fais tout ça à ma façon , avec le moins de stress possible car il faut que ça reste un plaisir avant tout !! Donc pour le prochain, toujours pas d’objectif, le statut de finisher me convient parfaitement, courir en queue de peloton me convient parfaitement, finir « fraiche » me convient parfaitement. Les 195 derniers mètres d’un marathon sont une drogue dure…il me tarde de remettre ça en Avril à Paris .

BREF…TOUJOURS AUSSI FIÈRE DE FAIRE PARTIE DE LA TEAM TORTUE  QUI COURT LENTEMENT MAIS SUREMENT !!! LE MARATHON DE LA MATURITÉ ? SUREMENT,J’AI APPRIS DE MES ERREURS PASSÉES, JE LES AI CORRIGÉ…MAINTENANT PLACE A LA RÉCUPÉRATION ET VIVEMENT LE MOIS D’AVRIL POUR RECOMMENCER. MAIS CLAIREMENT CE MARATHON AURA TOUJOURS UNE PLACE PARTICULIÈRE DANS MON CŒUR.

Petite précision : le marathon comme toutes les distances ne sont pas à prendre à la légère comme nous avons pu le constater dernièrement avec plusieurs décès sur différentes courses : UN BILAN MÉDICAL (SURTOUT PASSÉ UN CERTAIN AGE) EST INDISPENSABLE !!!Pour ma part j’ai vu un cardiologue, j’ai eu un ECG et j’ai passé une épreuve d’effort …bref c’est la base !!! Et même si tout va bien, ça ne vous dispense pas d’une bonne préparation et d’une bonne hygiène de vie…un record personnel ne vaut pas votre santé, encore moins votre vie.

RETROUVEZ TOUS LES ARTICLES EN LIEN AVEC LE RUNNING : ICI

 

 

21 réflexions sur “LE MARATHON DE LA SOMME 2019

  1. Maud dit :

    Tu me fais pleurer….❤❤❤
    Et comme tu dis, les 195 derniers mètres sont une drogue dure !!!
    J espere vraiment pouvoir un jour faire une course avec toi

    Aimé par 1 personne

    1. couriretlire dit :

      Mais oui , on va bien trouver !!! pleins de gros bisous ma maud

      J'aime

  2. Captain Tigrou dit :

    Très beau CR émouvant…

    Aimé par 1 personne

  3. lebouquinivre dit :

    Bravo pour cette préparation et ce magnifique état d’esprit. Chapeau bas! Et plein de douces pensées à ta famille en cette période délicate 😘

    Aimé par 1 personne

  4. Félicitations pour ton marathon ! C’était ton moment, courir aide à avancer dans la vie, vraiment bravo. La vie continue, profites en chaque jour !

    A très bientôt

    Aimé par 1 personne

  5. Marion dit :

    Bravo pascaline . Tu l’as fait dans des conditions difficiles et tu peux en être fière . l’arrivée avec le sourire vaut ts les chronos du monde et ce sera l’objectif de mon premier !

    Aimé par 1 personne

    1. couriretlire dit :

      Je te le souhaite de tout cœur Marion 💕😘 oublie le chrono c’est la meilleure chose qui soit 😉😘

      J'aime

  6. Mes pensées pour ta famille. Courir ce marathon a dû te faire du bien. C’est courageux et c’est le choix de la vie qui continue malgré les écueils douloureux. J’aime ta façon d’appréhender ton sport, ta préparation, le récit que tu nous en fais. Bravo ! Merci pour tous ces échanges Pascaline 😊

    Aimé par 1 personne

    1. couriretlire dit :

      merci, ton retour me touche beaucoup !!!

      Aimé par 1 personne

  7. magnifique! bravo à toi et c’est sur que cela restera un souvenir particulier ❤

    Aimé par 1 personne

  8. Très bel article Pascaline, tu as tout mon respect, bravo à toi ! Même si j’ai joué au tennis à un bon niveau, je n’ai jamais couru de marathon de ma vie. Il y a une dizaine d’années j’ai fini un semi-marathon j’étais KO.

    Aimé par 1 personne

    1. couriretlire dit :

      Merci beaucoup !!!bah tu vois moi, j’ai jamais compris comment compter les points au tennis…ça me dépasse!!

      Aimé par 1 personne

      1. Euh oui mais c’est plus simple de savoir compter les points au tennis que de finir un marathon lol

        Aimé par 1 personne

  9. Lyly dit :

    Très beau CR. Merci pour ton partage ❤️

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :