LIRE ET COURIR

Du sport , de la lecture et un peu plus encore…

SYNOPSIS :

Un éclairant portrait du plus célèbre romancier américain de la littérature populaire, Stephen King, roi du fantastique et de l’horreur, qui a inspiré une pléiade de cinéastes chevronnés, de Brian De Palma (« Carrie ») à Stanley Kubrick (« Shining ») en passant par John Carpenter (« Christine ») et David Cronenberg (« Dead Zone »). De quoi a peur Stephen King ? « Mais de tout ! », assure le prolixe romancier américain. Né en 1947 dans le Maine, où il vit toujours, il s’est imposé depuis le mitan des années 1970 comme le roi du fantastique et de l’horreur, vendant autour du monde en un demi-siècle plus de 350 millions d’exemplaires de ses best-sellers. Revitalisant le genre en jouant sur les terreurs enfantines, ses récits, ancrés dans l’Amérique rurale d’aujourd’hui, ont inspiré une pléiade de cinéastes chevronnés, de Brian De Palma (Carrie au bal du diable) à Stanley Kubrick (Shining) en passant par John Carpenter (Christine), David Cronenberg (Dead Zone), George A. Romero (La part des ténèbres), ou Rob Reiner (Misery).

Démons intérieurs Influencé dans sa jeunesse par les œuvres de Richard Matheson et les classiques du fantastique (ceux de H. P. Lovecraft, de Mary Shelley et de Bram Stoker), marqué aussi bien par l’arrestation d’un tueur en série dans les années 1950 que par l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, ce chantre de la littérature populaire éclaire la genèse de quelques-uns de ses plus grands succès de librairie et leur adaptation, pour la télévision ou le cinéma, au fil d’interviews réunies par Julien Dupuy dans un éclairant portrait documentaire. Entre deux extraits de films, Stephen King y confie ses souvenirs d’enfance – la figure du père, qui les abandonna, sa mère et lui, quand il avait 2 ans –, sa jeunesse impécunieuse dans une bourgade du Maine, ses méthodes de travail, mais aussi sa lutte contre ses démons intérieurs (la dépendance à l’alcool notamment), sa défiance envers les machines, dont il a mis en scène la révolte dans Maximum Overdrive, son unique film en tant que réalisateur, ou le soutien qu’il apporte en philanthrope aux bibliothèques afin de permettre au plus grand nombre d’avoir accès aux livres. Stephen King –

Le mal nécessaire Documentaire de Julien Dupuy (France, 2020, 53mn)

MON AVIS :

DISPONIBLE SUR ARTE JUSQU’AU 2 NOVEMBRE 2020

BEST DOCUMENTAIRE EVER !!! Il n’a qu’un défaut il est beaucoup trop court !!! Il aurait pu durer 3 ou 4 heures voir même plus…King et son œuvre sont un sujet tellement vaste et infini…Si seulement ses livres pouvaient être enseignés et étudiés dans les écoles…il y aurait plus de nouveaux lecteurs.

Je ne suis tellement pas objective…je sais …mais je pense que ce documentaire explique tellement mieux que moi ce que je ressens pour cet auteur et pourquoi j’aime autant l’homme. King n’est pas seulement un grand auteur , il est aussi un grand monsieur.Ce documentaire peut vous faire ouvrir un livre de king ou vous faire regarder une de ses adaptations…au risque de devenir complétement accro !!!

Si vous ne savez pas par où commencer, il a sa propre rubrique : ICI

BREF…FONCEZ REGARDER CE DOCUMENTAIRE VOUS AVEZ JUSQU’AU 2 NOVEMBRE !!!

3 réflexions sur “STEPHEN KING / LE MAL NÉCESSAIRE / ARTE

  1. Je vais tout faire pour avoir le temps de le voir ! Merci !

    Aimé par 1 personne

    1. couriretlire dit :

      Vraiment, je te le conseille !!!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :