LIRE ET COURIR

Du sport , de la lecture et un peu plus encore…

RÉSUMÉ :

On peut supprimer des vidéos violentes sur Internet, on ne peut pas supprimer la violence des hommes.
La nouvelle voix du polar est de retour avec un thriller terrifiant.

Elle a 17 ans et s’est enfuie de chez sa mère pour se sentir enfin libre. Accompagnée de son petit ami, elle fait escale chez un homme qu’elle n’a jamais rencontré mais avec lequel elle discute depuis des mois sur Internet. Elle en a fait son confident. Alors qu’il pourrait bien s’agir du plus abject des monstres…


Il a 40 ans, est réalisateur de cinéma, en couple avec la même femme depuis leurs années de lycée. De soudains déboires conjugaux et professionnels le contraignent à trouver un job alimentaire : modérateur pour Lifebook, le plus important des réseaux sociaux. Sa mission : supprimer des vidéos interdites du fait de leur caractère choquant, sexuel ou ultraviolent.


Dans une société en constante évolution, où le précepte  » S’adapter ou mourir  » connaît des résonnances tant dans la folie meurtrière des hommes que dans le monde du travail, les destins de ces deux êtres, si éloignés au départ, finiront par s’entrechoquer.

MON AVIS :

Antoine Renand…le nouveau prodige du thriller français ….et il le confirme une fois de plus avec son troisième ouvrage.

Mais attention, je vous conseille de lire ce livre si vous êtes bien dans vos baskets, pas complétement déprimé…la base du roman étant écrite sur une réalité que je qualifierai d’angoissante et anxiogène…je ne vais pas vous mentir, il y a des passages pas facile à lire. Surtout quand on est parent d’adolescents…par là j’entends bien grands ados qui libre accès à internet.

Deux personnages, deux vies qu’internet et les réseaux sociaux vont briser de façons différentes. Elle, pensant trouver un confident, quelqu’un qui la comprend quelqu’un qui va lui offrir un refuge tombe sur le pire des monstres…mais vraiment…le pire des monstres. Sur cette partie, l’angoisse et la peur de Ambre sont totalement communiquées aux lecteurs.

Lui, qui traverse une mauvaise période de sa vie, va être confronté 8h par jour au pire des réseaux sociaux…évidement ce n’est pas sans conséquences sur son équilibre psychique.

Antoine Renand pousse les curseurs au maximum sur les travers d’internet et des réseaux sociaux, j’aime croire que internet peut être encore ce magnifique réseaux de savoir illimité et de partage de connaissances…mais il ne faut pas être naïf et finalement, la société a modelé cet outil à son image en y incluant le pire de l’être humain. Grosses pensées pour les modérateurs, j’espère que dans la réalité, ils sont plus soutenus qu’ Arthur…mais j’en doute.

Dans la seconde partie, le personnage d’Arthur prend une direction que je n’aurais pas choisi pour lui, en tout cas pas de cette façon…mais « no spoil » ici.

Sinon, c’est toujours aussi bien écrit, toujours aussi addictif, avec ce style cash et incisif qui caractérise l’auteur. Le scénariste n’est jamais très loin. A Quand le contrat avec Netflix pour adapter les livres ?

BREF…les réseaux sociaux sont à l’image de l’être humain capable du pire comme du meilleur…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :